/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le français en arrache

Le français en arrache

Coup d'oeil sur cet article

Manifestement, mon texte d’hier sur le français a touché une corde sensible.

Un lecteur m’écrit : « Moi aussi j’ai mal à mon français quand j’entends des parents qui vont  P O R T E R leurs enfants à la garderie ou autres endroits......D’autres qui  A M E N E N T   leurs vélos ou autres articles inanimés........ »

Une lectrice anglophone m’écrit (dans un français impeccable) : « Quand j'entends les anglais se lamenter qu'ils se considèrent comme citoyen de seconde classe, ça me défrise.  Eux qui ne se donnent même pas la peine de parler la langue officielle de la province.  Ma fille demeure à l 'Ile-Bizard et c'est épeurant quand on y va d'entendre le français qui est inexistant. Mon père avait beaucoup d'amis francophones.  Ils se respectaient mutuellement.  Il m'a envoyée à l'école anglaise mais a insisté pour que je parle le français.  Plus tard quand j'ai fréquenté l'école française, j'avais au moins appris à le parler.  C'est une richesse de parler deux langues et même davantage.  Cependant, il est encore plus important de respecter la langue du pays dans lequel on vit. »

Une lectrice me fait sa liste d’irritants. « J'en ai assez d'entendre le maudit  Bon Matin avec la nasale bien étirée au lieu de Bonjour. Gros calque de l'anglais .

J'en ai assez d'entendre : On vous a répond ? quand on m'accueille dans un commerce. J'en ai assez d'entendre au niveau de à toutes les sauces.

Ex. Il a été blessé au niveau de la tête au lieu de blessé  à la tête. J'en ai assez d'entendre le mot Problématique au lieu de problème.

Les auteurs doivent penser que ça fait plus chic. J'en ai assez d'entendre disposer au lieu de se débarrasser ou jeter

J'en ai assez d'entendre à la radio l'animateur dire : "Je voulais vous partager cette bonne nouvelle." au lieu de : " Je voulais partager cette bonne nouvelle avec vous."

Mon mari est immigrant d'origine espagnole ET il ne commet pas ce genre de fautes.

Je ne laisserai pas une fortune à mes enfants mais plutôt une langue bien parlée et respectée. »

Au sujet de l’anglais, il y a encore tellement de gens qui pensent que le Québec est bilingue.

Une prof de français outrée m’a envoyé copie d’un courriel envoyé dans les écoles par la responsable des communications d’un festival de cinéma, pour offrir des films en français sous-titrés en anglais, pour faciliter une approche pédagogique « en promouvant les 2 langues officielles du Québec ». (Quand je les ai contactés, on m’a dit que le communiqué avait été écrit par une stagiaire, nouvellement arrivée ici, qui ne savait pas que le Québec n’avait qu’une langue officielle.)

Et que dire de ce candidat conservateur qui pose des affiches unilingues anglaises dans Outremont-Ville Mont-Royal ?