/investigations/health
Navigation

Le président du Collège des médecins gagne 643 000 $

Gardé secret jusqu’ici, son salaire est plus élevé que celui de ses homologues

Le docteur Charles Bernard est le président-directeur général du Collège des médecins du Québec depuis 2010.
Photo d'archives, Chantal Poirier Le docteur Charles Bernard est le président-directeur général du Collège des médecins du Québec depuis 2010.

Coup d'oeil sur cet article

Le président du Collège des médecins du Québec a gagné un total de 643 212 $ au cours de la dernière année, loin devant les autres présidents d’ordres professionnels et trois fois plus que le premier ministre.

Pour la première fois de son histoire, le Collège des médecins a été forcé de dévoiler le salaire de son président-directeur général, qu’il gardait secret depuis des années. Une modification au Code des professions oblige maintenant les ordres professionnels à divulguer la rémunération de leur président dans leur rapport annuel.

Le Dr Charles Bernard, médecin de famille, gagne ainsi plus de deux fois le salaire moyen de ses collègues omnipraticiens. Il touche aussi presque 200 000 $ de plus que la moyenne des médecins spécialistes québécois, qui sont parmi les mieux payés au Canada.

La rémunération versée au président provient en majeure partie des cotisations obligatoires des docteurs pour pouvoir exercer leur métier. La très vaste majorité des médecins sont rémunérés par les milliards versés par le gouvernement.

Tous les autres présidents d’ordres professionnels gagnent beaucoup moins que le Dr Bernard, montre une recension effectuée par notre Bureau d’enquête.

Moins d’argent au successeur

Au Collège, on affirme s’être basé sur des salaires « comparables », comme ceux des présidents d’autres collèges des médecins à travers le Canada, de fédérations médicales ou encore de postes de médecins équivalents.

Selon ce qui a été indiqué aux membres, le salaire de base correspond au salaire d’un médecin qui occupe un poste de direction, majoré de 15 %. À cela s’ajoutent des avantages sociaux, comme une contribution de 26 500 $ versée par le Collège pour son régime de retraite à cotisation déterminée.

Le Dr Bernard quittera ses fonctions dans les prochains mois, et son successeur devrait recevoir moins d’argent.

« Le prochain président, qui ne sera pas directeur général [en raison des changements apportés par la loi 11], bénéficiera d’un salaire moins élevé », indique la relationniste de presse du Collège, Caroline Langis.

Étonnement

L’ancien président du Collège des médecins, le Dr Yves Lamontagne, s’est dit surpris d’apprendre que son successeur avait touché 643 000 $. « Es-tu certain ? Ça m’étonne », a-t-il d’abord lancé.

Il affirme qu’avant son départ, en 2010, sa rémunération variait entre 350 000 $ et 400 000 $. Selon lui, elle était fixée principalement en comparaison avec celle des présidents de fédérations médicales, les organisations syndicales qui négocient pour les médecins.

« D’un autre point de vue, le salaire a probablement suivi celui des fédérations. Si le président de la fédération fait tant, ça ferait deux de pique à côté du syndicat [si le président du Collège gagnait moins]. »

-Avec la collaboration d’Andrea Valeria

 

LES SALAIRES DES PRÉSIDENTS*

  • Collège des médecins 643 212 $
  • Ordre des comptables professionnels agréés (CPA) 397 636 $
  • Ordre des ingénieurs 235 993 $
  • Barreau du Québec 235 575 $**
  • Ordre des infirmières 194 832 $
  • Ordre des psychologues 184 158 $
  • Ordre des infirmières auxiliaires 107 994 $
  • Ordre des médecins vétérinaires 83 000 $
  • Chambre des huissiers 78 689 $
  • Ordre des architectes 76,20 $/heure (maximum 1000 heures par année)
 
*Seulement les salaires disponibles en date du 19 septembre 2018
**Rémunération pour 2018-2019

Salaire réduit de 25 % pour le bâtonnier

Le Barreau du Québec, l’ordre professionnel des avocats, vient de réduire de 25 % le salaire de son plus haut dirigeant à la suite de nombreuses critiques concernant sa rémunération.

Jusqu’à cette année, le bâtonnier ne touchait que la moitié de son homologue au Collège des médecins, soit 314 000 $. Malgré tout, de nombreux avocats jugeaient cette rémunération exagérée.

Devant les critiques, l’actuel bâtonnier, Me Paul-Matthieu Grondin, avait annoncé l’an dernier qu’il verserait une partie de son salaire à des organismes juridiques. Il avait également demandé la mise sur pied d’un comité chargé d’évaluer sa rémunération.

Ce comité a recommandé de ramener la paie à 235 575 $, ce qui a été approuvé en assemblée générale. L’ancien salaire était basé sur celui versé à un juge de la cour supérieure. Cette façon de faire durait depuis 1971.

« Ce qu’on a constaté, c’est qu’il y a eu un décrochage de rémunération lorsque les juges ont eu droit à un rattrapage [salarial] », explique Me Antoine Aylwin, qui présidait le comité sur la rémunération.

La hausse subite du salaire des juges a propulsé celle du bâtonnier à un niveau jugé trop élevé. « Ça ne faisait plus de sens de suivre cette courbe-là. »

Directrices mieux payées

On a également tenu compte des responsabilités plus limitées du bâtonnier depuis l’adoption de la nouvelle gouvernance du Barreau. C’est ainsi que la directrice générale gagne maintenant plus que le bâtonnier, avec un revenu de 298 000 $.

La situation est semblable à l’Ordre des pharmaciens du Québec. La directrice générale touche 239 000 $, soit 70 000 $ de plus que le président.

« Le salaire du président est toutefois basé sur un horaire de trois jours par semaine », précise la porte-parole Julie Villeneuve. S’il travaillait à temps plein, le salaire du président représenterait 1,265 % de celui de la directrice générale.