/elections
Navigation

Projet éolien Apuiat: Couillard promet d’exiger du contenu québécois même si ce n’est pas écrit dans l’entente

Projet éolien Apuiat: Couillard promet d’exiger du contenu québécois même si ce n’est pas écrit dans l’entente
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard promet d’exiger du contenu québécois lors de la réalisation du projet éolien Apuiat, même si ce n’est pas inscrit dans l’entente de principe.

«Boralex, le partenaire principal, s’engage à un taux très élevé de contenu québécois. C’est un projet géré par Hydro-Qubec Production, donc qui est destiné à l’exportation. Il faut formuler des règles qui satisfont les différentes ententes internationales», a affirmé le chef libéral jeudi lors d’un point de presse en marge d’une conférence sur les municipalités à Montréal.

Ce projet éolien parrainé par les Innus pourrait pourtant aller de l’avant sur la Côte-Nord sans aucune exigence sur les retombées économiques pour les entreprises québécoises, a appris notre Bureau d’enquête, qui a obtenu l’entente de principe entre les promoteurs et HQ.

Pourquoi n’est-ce pas écrit? a demandé un journaliste à M. Couillard. «Il y a une entente de principe, ce n’est pas un contrat. Elle sera la plus explicite possible lorsqu’il y aura un contrat. Une entente de principe ce n’est pas un contrat», a-t-il martelé.

Cette exigence de contenu local faisait pourtant partie des derniers appels d’offres pour des parcs éoliens lancés par le gouvernement, notamment en 2005 et 2008, révèle Le Journal.

«Quand il y aura le contrat, on confirmera avec Boralex, et c’est essentiel, que le contenu québécois sera très élevé», a ajouté M. Couillard

Couillard «a menti», dit Legault

Le chef caquiste François Legault qualifié ce que notre Bureau d’enquête a révélé l’entente sur le projet Apuiat «d’inquiétant».

«M. Couillard a mené les Québécois en bateau», a réagi M. Legault. «[...] C’est vraiment de la mauvaise gestion. M. Couillard essaie d’acheter des votes sur la Côte-Nord, mais il le fait mal.»

Le chef caquiste a rappelé que les retombées locales étaient «l’argument numéro un» que laissaient miroiter les libéraux pour promouvoir ce projet d’éolien.

«Rappelez-vous, dans le comté où on présente Sonia LeBel (Champlain, en Mauricie), M. Couillard est allé se péter les bretelles que Marmen aurait des chances d’avoir le contrat parce qu’il y a du contenu local, or c’est faux, il a menti aux Québécois.»

Lisée se fait rassurant

De son côté, le chef péquiste Jean-François Lisée dit avoir reçu l’assurance que le parc éolien comportera une bonne part de contenu québécois.

«J’ai communiqué avec nos contacts dans le milieu et dans les communautés innues de la Côte-Nord qui nous disent que, eux, ils vont s’imposer une norme de 50% de produits québécois, même si ce n’est pas dans l’entente avec Hydro-Québec, eux ils vont le faire. Je suis très satisfait qu’ils disent ça.» Cette promesse, assure-t-il, sera faite par écrit.

– Avec la collaboration de Marc-André Gagnon et Patrick Bellerose