/news/consumer
Navigation

La privatisation et la concurrence auraient des impacts négatifs sur la SAQ

Un rapport sur l’avenir de la SAQ est dévoilé

Coup d'oeil sur cet article

Le rapport sur l’avenir de la SAQ commandé par le gouvernement Couillard met en garde contre une privatisation des succursales de même qu’une entrée sur le marché de compétiteurs privés.

Le document rédigé par la firme PricewaterhouseCoopers affirme que l’impact de la vente des succursales aurait des « résultats très mitigés et incertains ».

Le rapport cite notamment une dégradation des conditions de travail et la perte d’emplois en région, sans pouvoir garantir de meilleurs prix pour les consommateurs.

Dans ce scénario, la SAQ conserve l’importation et le contrôle de la qualité, mais 100 % des succursales sont privatisées.

Une autre option étudiée par la firme – la privatisation de 100 points de vente qui entreraient en concurrence avec le reste du réseau de la SAQ – aurait des « impacts similaires », explique-t-on.

Un troisième cas de figure retenu par le rapport – l’ouverture de gammes de produits exclusives de la SAQ aux épiceries et dépanneurs – aurait des impacts très positifs pour l’accès aux produits, tout en ayant un impact négatif important sur la valeur des actifs de la SAQ, ainsi que des effets néfastes sur l’emploi.

Concurrence partielle

Bien que PricewaterhouseCoopers ait retenu ces trois scénarios finaux, rien n’empêche le gouvernement de les utiliser seulement partiellement afin de mitiger les effets néfastes, fait valoir une source gouvernementale.

Le Parti libéral du Québec a d’ailleurs annoncé, quelques minutes après le dévoilement du rapport, qu’un second gouvernement Couillard ouvrirait partiellement la porte à la concurrence, sans toutefois se départir de succursales de la SAQ.

Ainsi, un gouvernement libéral permettrait « l’ouverture de magasins spécialisés pour les produits alcooliques provenant de l’importation privée ou de produits artisanaux québécois », écrit le PLQ dans un communiqué.

Le parti s’engage également à « revoir les mécanismes de majoration afin qu’ils reflètent la réalité du marché suite à l’introduction des nouveaux modèles de commercialisation ».

Enjeu électoral

Le gouvernement Couillard a commandé ce rapport sur l’évolution du modèle d’affaire de la SAQ au mois de mai dernier pour déterminer le modèle d’affaires le plus efficace pour la SAQ.

« Est-ce que ça va être une privatisation totale, partielle, ou pas du tout, il va falloir d’abord faire ce travail, mais on n’a jamais été fermé à quoi que ce soit », expliquait alors le ministre des Finances, Carlos Leitao.

La CAQ, elle, a l’intention de mettre fin au monopole de la SAQ. « On veut libéraliser le marché de l’alcool au Québec. Les Québécois sont prêts à cela. On doit augmenter l’offre et avoir une concurrence nouvelle », indiquait au printemps dernier son leader parlementaire, François Bonnardel.