/news/green
Navigation

Tornade à Ottawa: des dégâts qui seraient bien pires que le verglas de 1998 à Ottawa

Environ 170 000 des 331 000 clients d’Hydro Ottawa étaient privés d’électricité samedi matin

Coup d'oeil sur cet article

 OTTAWA | Une famille d’Ottawa a vécu « l’horreur pure » quand elle a dû se réfugier sous un cadre de porte de sa maison pendant que des dizaines d’arbres et une partie de leur maison étaient arrachés de la terre.

 Joseph Lafrenière nettoyait tranquillement sa piscine vendredi après-midi quand il a remarqué un orage qui s’approchait rapidement de sa maison de la banlieue de Dunrobin, à l’ouest d’Ottawa. Soudainement, l’orage s’est transformé en tornade devant ses yeux. 

Joseph Lafrenière et ce qu’il reste de sa maison et de la cinquantaine d’arbres sur son terrain.
Photo Christopher Nardi
Joseph Lafrenière et ce qu’il reste de sa maison et de la cinquantaine d’arbres sur son terrain.

 « J’ai commencé à entendre un vent d’une force que je n’avais jamais crue possible. J’ai tout lâché et j’ai couru dans ma maison en criant à ma conjointe de prendre nos deux enfants de 5 mois et 3 ans et de s’isoler sous un cadre de porte », raconte-t-il. 

 « En quelques secondes, ma femme et moi étions empilés sur nos enfants pendant que je voyais les arbres massifs devant chez nous être arrachés. Il y avait du bois et du métal qui volait partout autour de la maison, et une partie de notre garage a même été soulevée, poursuit le Franco-Ontarien. Une minute plus tard, c’était fini, et tout autour de nous était détruit. » 

 

 Terrain défiguré

 Vendredi matin, la maison qu’il avait achetée l’année d’avant était dans un état impeccable, entourée d’une cinquantaine d’arbres imposants. Le soir, il ne restait que des souches, tandis que son garage était défoncé et une partie de son toit et de sa cheminée était partie au vent. 

En plus des résidences, les assureurs vont recevoir plusieurs réclamations pour des véhicules « perte totale ».
Photo Christopher Nardi
En plus des résidences, les assureurs vont recevoir plusieurs réclamations pour des véhicules « perte totale ».

 Samedi dans le secteur de Dunrobin, le choc de la tornade faisait place à l’horreur face à la destruction. Des dizaines de maisons étaient lourdement endommagées ou effondrées, tandis que d’autres étaient carrément disparues. Seules des fondations témoignaient du fait qu’il y avait eu une habitation là moins de 24 heures plus tôt. 

Des rangées de maisons ont été détruites ou endommagées sévèrement dans le quartier de Dunrobin, à l’ouest d’Ottawa.
Photo Christopher Nardi
Des rangées de maisons ont été détruites ou endommagées sévèrement dans le quartier de Dunrobin, à l’ouest d’Ottawa.

 « C’est impossible, c’est impossible, mais ça ne se peut pas », a lâché une résidente, qui voyait les restes de sa maison pour la première fois. Elle a préféré ne pas s’identifier au Journal

 Pire que le verglas

 En constatant l’ampleur des dégâts, des experts d’Environnement Canada ont conclu que la tornade avait été de force 3, soit des vents de plus de 220 km/h, plutôt que de force 2, comme annoncé vendredi. 

Hydro One Inc.

 La tornade qui a traversé la région a été à ce point dévastatrice que les dommages aux installations électriques sont « pires que le verglas de 1998 », a indiqué le PDG d’Hydro Ottawa. Samedi matin, environ 170 000 de leurs 331 000 clients étaient sans courant. À 16 h 30, ce nombre avait chuté à 97 500. 

Le maire d'Ottawa, Jim Watson
Photo d'archives, Agence QMI
Le maire d'Ottawa, Jim Watson

 Les pannes étaient causées par d’importants dégâts à la station électrique de Merivale Road, dans l’ouest d’Ottawa. Selon le maire Jim Watson, il faudra plusieurs jours avant que toutes les maisons soient rebranchées.w