/sports/others
Navigation

Prête pour le plus gros défi de sa jeune carrière

Une espoir du cyclisme de Québec aux Mondiaux

Dans les derniers jours en Autriche, Simone Boilard a pris ses repères dans la terrible ascension de la course sur route.
Photo courtoisie Dans les derniers jours en Autriche, Simone Boilard a pris ses repères dans la terrible ascension de la course sur route.

Coup d'oeil sur cet article

La jeune cycliste de Québec Simone Boilard pourrait frapper un grand coup lors des Mondiaux 2018, qui débuteront lundi en Autriche.

En terminant 8e l’an dernier au Championnat du monde junior sur route en Norvège, l’athlète de 18 ans dotée d’un talent indéniable avait impressionné bien des adversaires.

Depuis un an, elle attend impatiemment de retourner affronter les meilleures de la planète avec le rêve d’un podium. Pour mettre toutes les chances de son côté, Simone est arrivée dans la région d’Innsbruck plus de dix jours avant le contre-la-montre individuel, la première épreuve au programme.

Une saison victorieuse

« Mon entraîneuse est convaincue que je peux bien faire. Je ne suis pas habituée à vivre le décalage horaire alors on prend le temps de bien faire les choses », explique-t-elle.

En regardant le palmarès de sa saison 2018, il faut fouiller un peu pour trouver des courses qu’elle n’a pas gagnées. C’est tout dire. « Je ne vois pas toutes mes victoires comme quelque chose d’acquis pour le Championnat du monde. On ne fait pas beaucoup de contre-la-montre au Canada et c’est difficile de dire où je me situe. J’aimerais que ça se passe bien afin de me donner confiance pour la course sur route. C’est sûr que j’espère un top 10 », ajoute prudemment la championne canadienne de la discipline.

Pour plusieurs observateurs, Simone Boilard est le plus bel espoir national chez les femmes depuis une vingtaine d’années.

« Simone est une athlète très talentueuse. Si elle connaît une bonne course, tant au contre-la-montre qu’à la course sur route, elle pourrait très bien monter sur le podium. Dans le cas des athlètes juniors femmes, comme elles ont très peu de courses sur le calendrier international, il est donc quasi impossible de connaître ses adversaires. Ce qui est certain, c’est qu’elle est en grande forme », précise Louis Barbeau, directeur général de la Fédération québécoise des sports cyclistes.

Un grand rêve

La course sur route aura lieu le 27 septembre, et les attentes sont très élevées. Sur une course d’un jour, tout peut arriver et Simone n’a pas négligé l’aspect psychologique de sa préparation. Rien n’est jamais facile en cyclisme.

« Je ne partage ce rêve avec personne. C’est mon rêve à moi et c’est moi qui vais pédaler. Depuis l’an passé, je sais que je peux bien faire. J’ai eu le temps d’y penser. Je trouve ça cool de voir autant de gens croire en moi, alors je me concentre sur leurs encouragements sans y voir trop de pression. Présentement, c’est réalisable et je suis au top de moi. Je pense que je suis capable, mais il y aura juste une gagnante. Il faut que tous les éléments soient réunis », termine la jeune femme qui pourrait donner des leçons de caractère à bien des sportifs professionnels.


♦ Chez les hommes élites, Hugo Houle sera en action le 26 septembre au contre-la-montre. Lors de la course sur route, le 30 septembre, Hugo Houle, Antoine Duchesne et Rob Britton rouleront avec Michael Woods, de Gatineau, récent vainqueur de la 17e étape du Tour d’Espagne.