/opinion/columnists
Navigation

Une femme de «cœur»

Manon Massé
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Manon Massé

Coup d'oeil sur cet article

Vous songez à fonder ou à diriger un parti politique ?

Conseil d’ami : ne perdez pas de temps à rédiger un programme détaillé qui respecte un cadre financier crédible et réaliste. De toute façon, les gens ne le liront pas. Contentez-vous de « parler avec votre cœur ». Au Québec, les électeurs adorent ça.

UNE FEMME « AUTHENTIQUE »

Regardez Manon Massé. Il aura suffi qu’elle ne se plante pas dans le Face-à-Face de jeudi pour que des gens qui n’ont jamais songé à voter Québec solidaire voient soudainement la lumière. Pourquoi ?

Parce que Manon « est vraie ». Elle parle « avec son cœur ». Elle s’adresse « au vrai monde ». Elle est « authentique ». C’est bon, ça, être « authentique ». C’est le mot à la mode, la valeur montante. Dis des bêtises, mais dis-les de façon « authentique », et les gens n’y verront que du feu. Il y a quelques jours, Le Journal comptabilisait la valeur des promesses faites par les différents partis.

PLQ : 8,5 milliards. CAQ : 8,2 milliards. PQ : 8,2 milliards. Et QS ? Vingt-huit milliards de dollars.

Vingt-huit.

« Ce qu’il y a d’extraordinaire, avec le service public, c’est que les gens ne paient pas », a dit la porte-parole de QS, jeudi.

Pas étonnant que madame Massé sourie toujours : elle a trouvé la façon de faire pousser de l’argent dans les arbres. Et les gens la croient. Parce qu’elle est « vraie ».

UN UNIVERS PARALLÈLE

Qu’importe si Québec solidaire est un parti d’extrême gauche qui prône la nationalisation partielle du système bancaire, la nationalisation des mines, la nationalisation des forêts et la nationalisation des distributeurs d’internet.

Qu’importe si les membres du Parti communiste sont automatiquement membres de QS, et si le cadre financier du parti a été conçu par des elfes jaune banane dans un univers parallèle où les règles de base de l’économie ne s’appliquent pas.

L’important n’est pas que les licornes n’existent pas. L’important, c’est d’y croire de tout son « cœur ».

Qui a dit que les Québécois sont cyniques ? Ils ne sont pas cyniques, ils sont naïfs, affreusement naïfs, ils croient encore au père Noël et à un système public « gratuit » qui profite à tout le monde, mais que personne ne paie.

Vous en voulez, des programmes gratuits ? En v’là ! Les dents, l’éducation, les garderies, le transport en commun, les lunettes, alouette ! Et comment on va payer tout ça ? Mais en faisant payer les riches, pardi !

Qu’importe si le Québec est riche en pauvres et pauvre en riches, cette phrase (surtout lorsqu’elle est prononcée par une « femme de cœur ») fait toujours vibrer la fibre rose bonbon du gentil Québécois.

L’ÉPOQUE POST-RÉELLE

Jean-François Lisée ne cesse de répéter que le cadre financier de son parti est le seul qui tienne compte des prévisions de la vérificatrice générale.

Quel homme dépassé !

Aujourd’hui, on se fout de la réalité, Monsieur Lisée. Les faits, la vérité, tout ça, c’est démodé, archaïque.

L’important est de parler « vrai ». Avec son « cœur ».

En regardant le « vrai » monde dans les yeux.