/opinion/blogs/columnists
Navigation

Sa Majesté Philippe Couillard

Sa Majesté Philippe Couillard
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

À l’aube de la Révolution française, la reine Marie-Antoinette, entendant des paysans affamés demander du pain, aurait répondu : « qu’ils mangent de la brioche ». Habituée au luxe de la cour, elle ne réalisait pas que la brioche coûtait plus cher que le pain. 
 
Sa Majesté Philippe Couillard fait preuve de la même ignorance de la vie de ses concitoyens que la dernière reine de France.  En affirmant qu’une famille peut se nourrir avec un budget de 75$ par semaine, il agit comme un seigneur donnant des leçons au peuple du haut de son manoir,  un petit four et un verre de champagne à la main (il me revient d’ailleurs en mémoire son tour de carrosse au Festival western de St-Tite, alors qu’il se faisait copieusement huer.)  
 
Nourrir une famille pour 75$. 
 
L’idée que l’on puisse nourrir une famille avec 75$ est tellement déconnectée de la vie réelle des familles québécoises qu’on peine à croire que le premier ministre l’a bien dit.  
 
Les faits méritent d’être rappelés.
 
Lors d’une entrevue radiophonique, Couillard déclare qu’il est possible pour une famille de se nourrir avec un budget de 75$. Il ajoute même l’insulte à l’injure en affirmant qu’il est toujours possible pour les familles québécoises de réduire leur budget : « On peut toujours baisser les budgets, comprimer, et se serrer la ceinture dans nos familles». 
 
Vous avez bien lu, si vous trouvez que votre épicerie coûte trop cher, qu’il est difficile de nourrir convenablement votre famille  à un prix raisonnable, vous n’avez qu’à vous serrer la ceinture!
 
Il s’égare davantage dans une autre entrevue radiophonique en affirmant qu’il est possible de manger pour 75$, mais à la condition d’utiliser les coupons-rabais et de chercher les spéciaux. Pour nous convaincre, il nous propose même un menu : « Tu le fais cuire le premier soir, tu fais un rôti de porc. Ensuite, tu fais du macaroni avec du porc dedans. Ensuite, tu fais un genre de pâté chinois avec. Et après, tu fais des sandwichs pour les enfants avec. »
 
Cette gaffe en dit long sur l’homme et elle s’est même rendue jusqu’à la BBC, qui a parfaitement décrit l’affaire en décrivant le chef du PLQ comme un homme politique « out of touch ». 
 
Manger comme un roi
 
Le plus choquant, c’est que pendant que Couillard discourt sur les multiples manières de transformer le rôti de porc en pâté chinois, lui-même et les membres de sa cour vivent comme des rois. Le budget en nourriture du Conseil des ministres est de 60000$ par année. 
 
Le président de l’Assemblée nationale, un député libéral, s’est fait blâmer pour offrir des repas de homards et de grands vins. Il refuse même de dévoiler le coût de ces repas gastronomiques. 
 
Du temps de son séjour au Royaume d’Arabie Saoudite, Couillard a longtemps laissé croître sa fortune dans un paradis fiscal. Il refuse même aujourd’hui de condamner les Québécois qui auraient recours à de tels stratagèmes d’évitement fiscaux. 
 
Contrairement aux autres chefs de parti, il refuse de dévoiler son patrimoine financier personnel prétextant qu’il n’a pas pu rencontrer son comptable. Ça rappelle les excuses d’un certain président américain, n’est-ce pas? 
 
Cet homme qui prétend que l’on peut nourrir une famille pour 75$ est le même qui a coupé brutalement  dans les services aux enfants et aux personnes âgées au début de son mandat. Nourrir les aînés avec des patates en poudre en CHSLD ne lui pose aucun problème moral. 
 
Il n’a jamais manifesté aucun regret, aucune humilité, aucune empathie. 
 
La France a eu Marie-Antoinette, le Québec a Philippe Couillard.