/elections
Navigation

Le Parti communiste appuie... le PQ

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée
CAPTURE D'ÉCRAN, TVA NOUVELLES Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les critiques de Jean-François Lisée envers le programme de Québec solidaire, c’est au Parti québécois que les communistes québécois donnent leur appui.

Dans un communiqué diffusé le 16 août dernier, le Parti communiste du Québec invitait ses membres, sur décision de son Comité central, «à vous impliquer du mieux que vous pouvez aux côtés des candidats et candidates du Parti québécois (PQ), lesquels représentent assurément, dans le contexte actuel, les meilleurs choix que vous pourriez faire le 1er octobre prochain».

«Quand j’ai vu ça, je me suis dit : hum, quelqu’un devrait leur demander pourquoi ils appuient un parti qui est pour la libre entreprise, pour l’économie sociale et solidaire, pour l’existence de certaines sociétés d’État, mais qui est en faveur d’une économie qui est mixte, qui est forte, qui est de propriété québécoise... Ce n’est pas ce que j’avais lu dans le manifeste du Parti communiste de Marx dans mes jeunes années», a commenté le chef péquiste Jean-François Lisée lundi matin, amusé.

Pourtant, le PQ ne «nationalise pas les moyens de production», a souligné M. Lisée, «sans les dissuader de voter pour nous».

Le Parti communiste a mis fin à son statut de collectif de Québec solidaire en 2014 afin de faire converger les partis souverainistes et d’appuyer Pierre Karl Péladeau dans sa course à la chefferie du PQ.

Attaques contre QS

Malgré cet appui inusité, Jean-François Lisée a poursuivi ses attaques contre Québec solidaire lundi. En entrevue au 98,5 FM, le chef péquiste a affirmé qu’il existe un courant «sectaire, dogmatique, ancré dans le marxisme» et un autre, plus pragmatique. Le premier courant, croit M. Lisée, est responsable de l’échec de la convergence qu’il avait proposé entre son parti et QS.

«Les sectaires et les dogmatiques ont gagné», a-t-il déclaré en point de presse quelques heures plus tard.

Toutefois, QS n’est pas un parti communiste ou marxiste-léniniste, a précisé M. Lisée. Mais, «il y a des éléments chez Québec solidaire qui expriment ces opinions fièrement».

Partition du Québec

Le chef péquiste a également dénoncé la partition possible d’un Québec souverain sous un gouvernement solidaire. En présentant son plan pour accéder à la souveraineté dans un premier mandat, la co-porte-parole Manon Massé a affirmé dimanche que les peuples autochtones ont aussi le droit à l’autodétermination.

«Ce qu’ils ont révélé hier, c’est la première fois qu’on entendait ça, ce que c’est très dangereux d’essayer de faire l’indépendance avec Québec solidaire parce que ça se peut qu’ils donnent à des régions du Québec le droit de rester ou de partir», estime-t-il.

Pour le PQ, pas question de partitionner le Québec, ajoute M. Lisée. «En 1995, les deux tiers des régions ont voté Oui, rappelle-t-il. Dix régions sur quinze ont voté Oui. On ne s’est jamais demandé si on déclarait l’indépendance dans les dix régions.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.