/elections
Navigation

Réforme du mode de scrutin: les régions ne perdraient pas leur poids politique, selon l’ex-ministre libéral Benoît Pelletier

Coup d'oeil sur cet article

Les régions n’ont rien à craindre d’une réforme du mode de scrutin, selon l’ex-ministre libéral Benoît Pelletier.

Le premier ministre sortant Philippe Couillard promet de bloquer toute réforme du mode de scrutin, une modification qui ne peut se faire selon lui sans l’unanimité des partis à l’Assemblée nationale. «À cette proposition, je dis non au nom des régions, a affirmé le chef libéral lors d’un point de presse à Montréal. Il n’y a pas de discussion à avoir parce que ça nuit aux régions».

Un argument qui n’a pas été démontré, selon Benoît Pelletier, qui a notamment été ministre de la Réforme des institutions démocratiques dans le gouvernement Charest.

«Quand j’avais le dossier, les régions étaient très opposées à la réforme du mode de scrutin. Et ce qu’elles prétendaient, c’était que leur poids politique diminuerait, qu’elles auraient moins de députés en d’autres termes, et ça, je pense qu’il y a moyen d’avoir une réforme du mode de scrutin tout en sauvegardant le nombre de députés pour chaque région, a-t-il soutenu, en entrevue avec notre Bureau parlementaire. La perte de leur poids politique dans l’ensemble du Québec, c’est loin d’être démontré que la réforme du mode scrutin entraînerait cela».

La Coalition avenir Québec, le Parti québécois et Québec solidaire se sont tous engagés à changer le mode de scrutin uninominal à un tour par un mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire. Les citoyens seraient appelés à voter pour un député de leur région, mais aussi pour un parti politique. Certains élus représenteraient des circonscriptions et d’autres seraient sélectionnés à partir d’une liste régionale présentée par partis.

Benoît Pelletier signale que le poids politique est un concept qui s’apprécie par rapport à l’ensemble du Québec. «Honnêtement, je ne vois pas, si la réforme du mode de scrutin touche tout le Québec comme c’est normalement le cas, je ne vois pas comment les régions perdent une voix parce que finalement, c’est tout le Québec qui se retrouve dans la même situation, avec des députés de liste et des députés de circonscription».

Le professeur de droit reconnaît néanmoins que les citoyens n’auraient peut-être plus le même contact avec leur député, qui serait dans certains cas désigné par un parti politique et non pas élu par la population.

Québécois consultés par référendum

L’ancien ministre libéral estime que l’unanimité des partis politiques est souhaitable. En l’absence d’unanimité, les Québécois devraient être consultés par référendum. «Une fois que la population s’est exprimée, normalement les partis politiques se plient devant la volonté de la population», a-t-il ajouté.

Benoît Pelletier croit que le Québec est mûr pour un débat sur une réforme du mode de scrutin. Mais personnellement, il est en faveur du statu quo en raison de la stabilité politique qu’a amenée jusqu’ici le mode de scrutin actuel uninominal à un tour. «Pour une société qui est minoritaire comme la société québécoise, il est bon d’avoir un mode de scrutin qui nous donne des gouvernements majoritaires. Ça c’est un avantage», dit-il.

Mais la fin du bipartisme au Québec risque fort de favoriser l’élection de gouvernements minoritaires dans l’avenir, convient-il.