/news/politics
Navigation

Un incubateur d’entreprises à l’Hôtel-Dieu

Le maire veut aider au démarrage de nouvelles firmes en sciences de la vie

Le vice-recteur de l’Université Laval André Darveau et le maire de Québec posent ici avec le délégué général du Québec à New York, Jean-Claude Lauzon.
Photo Stéphanie Martin Le vice-recteur de l’Université Laval André Darveau et le maire de Québec posent ici avec le délégué général du Québec à New York, Jean-Claude Lauzon.

Coup d'oeil sur cet article

PHILADELPHIE | Le maire de Québec voudrait implanter un incubateur d’entreprises en sciences de la vie dans le bâtiment de l’Hôtel-Dieu quand l’hôpital aura quitté le Vieux-Québec.

En mission économique à Philadelphie, le maire Régis Labeaume a accompagné des entreprises dans une visite de l’incubateur d’entreprises PennOvation, associé à l’Université de Pennsylvanie et spécialisé dans les sciences de la vie. Il accueille 41 entreprises en démarrage.

Le maire voudrait s’inspirer de ce modèle et profiter du bâtiment de l’Hôtel-Dieu pour l’implanter au cœur du Vieux-Québec.

« C’est le rêve. Tout l’équipement de base est là : les tuyaux pour le gaz, les lavabos, les laboratoires, la réfrigération. Si on n’avait pas ça, ça coûterait extrêmement cher. Ça fait longtemps qu’on pense à ça. »

La Ville de Québec a l’intention d’entamer des discussions avec le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale pour lancer le projet, indique le maire.

Il ajoute que la Ville est même prête à investir en utilisant une partie du fonds d’innovation de 20 millions $ par année dont elle dispose. « Ça serait assez fantastique. Parce que c’est rare qu’on ait des infrastructures déjà à notre disposition. »

Le vice-recteur de l’Université Laval André Darveau estime que l’idée est bonne. L’Université loue des espaces disponibles à des compagnies, mais n’a pas d’infrastructure consacrée spécifiquement à ce besoin. « Ce serait super intéressant. Il faut juste atteindre la masse critique pour le faire », a commenté M. Darveau.

Programme d’échange

Par ailleurs, avec son collègue doyen de la faculté de sciences et de génie, André Zaccarin, il a rencontré lundi des représentants de l’Université Temple de Philadelphie, qui ont démontré un intérêt certain pour l’élaboration d’un programme d’échange pour les étudiants en actuariat.

« On n’a pas beaucoup d’échanges avec des universités américaines, note M. Darveau. On voudrait attirer des stagiaires dans nos compagnies d’assurance à Québec, si elles sont ouvertes à ça. »