/opinion/blogs/columnists
Navigation

L’excuse bidon de Manon Massé

POL-FACE À FACE TVA
S�bastien St-Jean / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

C’est sûrement l’excuse la plus bidon invoquée par un politicien pendant cette campagne.

Manon Massé veut nous faire croire que c’est parce qu’elle maîtrise mal l’anglais que sa citation sur le marxisme a été mal comprise. Non, non, non, elle ne voulait pas dire que QS est marxiste, elle voulait simplement dire que QS se moque des étiquettes et de tous les « ismes ».

« C’est la faute à l’anglais » est devenu le nouveau « C’est la faute aux médias ».

« It's because my English is bad » est devenu le nouveau « J’ai été mal cité ».

L’ennui, c’est que ... Manon Massé s’est exprimée très clairement en anglais, sa phrase n’était pas bancale du tout, c’était même assez bien ficelé. Le mot « marxist » ressemble comme deux gouttes d’eau au mot « marxiste ». Il n’y a pas beaucoup de confusion possible.

Manon Massé parle des deux côtés de la bouche. Elle dit une chose et son contraire le lendemain.

Le pire, c’est que c’est la deuxième fois dans cette campagne que QS invoque la méconnaissance de MM de l’anglais pour expliquer ses déclarations erratiques.

C’est exactement l’argument utilisé par GND pour pardonner à Manon Massé d’avoir osé affirmer que l’anglais est une langue officielle au Québec ! Et c’était il y a un mois seulement, le 24 août dernier.

« Il faut savoir que la question a d’abord été posée en anglais. Ç’a semé beaucoup de confusion chez Manon, vous connaissez ses défis avec l’anglais », avait dit Gabriel Nadeau-Dubois.

Le problème, c’est que la question avait été posée ensuite en français... et qu’elle avait fait la même réponse.

Alors svp, Mme Massé, arrêtez d’utiliser cet argument bidon à chaque fois que vous vous mettez le pied dans la bouche.

Je suis sûre que vous parlez suffisamment anglais pour comprendre ceci : « Nice try, but try again ».