/news/cannabis
Navigation

Feu vert à la consommation de cannabis à l'Université Laval... sans fumée

Coup d'oeil sur cet article

L’Université Laval assouplit sa position concernant l’usage de la marijuana sur le campus. La consommation de cannabis excluant la fumée sera finalement «tolérée» dans le cadre d’activités sociales tenues par les étudiants après les heures de cours.

La version définitive de la politique encadrant l’usage du cannabis a été adoptée mercredi soir par le conseil d’administration de l’Université Laval.

La première version de ce document, qui prônait la tolérance zéro, avait été dévoilée au début du mois de septembre et soumise à une consultation.

À la suite des commentaires obtenus, la direction a décidé d’assouplir sa position afin de «tolérer» la consommation de marijuana sous toutes autres formes que la fumée, mais uniquement dans le cadre «d’activités sociales et étudiantes».

Les muffins au pot seront donc permis lors de ces activités, mais pas les joints, puisque la loi provinciale prévoit déjà l’interdiction de fumer du cannabis sur tous les campus universitaires québécois.

Impossible à contrôler

La direction s’est rangée aux arguments des associations étudiantes, qui ont rappelé que les étudiants sont majeurs et que l’interdiction de consommation sous toutes autres formes est difficile, voire impossible à contrôler.

Cette décision a été prise «par pragmatisme», explique la vice-rectrice aux ressources humaines, Lyne Bouchard.

«On ne peut pas le contrôler ou l’empêcher, et on est dans une société qui maintenant le légalise, affirme-t-elle. Alors on pense que ça peut être acceptable de tolérer la consommation en dehors d’activités académiques, pour les étudiants.»

Les agents de sécurité pourraient toutefois intervenir si cette consommation entraîne des écarts de comportement, comme c’est le cas pour l’alcool, explique Mme Bouchard.

«Prévention et formation»

Cet assouplissement pourrait pousser des étudiants qui fument de la marijuana à se tourner vers d’autres types de consommation, admet la vice-rectrice.

«On est prêt à vivre avec cet effet pervers là, mais on va le contrer par la prévention et la formation», affirme Mme Bouchard. Une campagne de sensibilisation est en préparation.

L’Université Laval est le premier établissement universitaire québécois qui adopte officiellement une politique sur l’usage du cannabis, selon la vice-rectrice. D’autres réglementations en élaboration tendent plutôt vers l’interdiction, indique-t-elle.