/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les radios privées de Québec ou comment orienter les élections sans contrainte

Les radios privées de Québec ou comment orienter les élections sans contrainte

Coup d'oeil sur cet article

Face à la montée de Québec solidaire dans les sondages, les radios privées de Québec, ou celles que l’on nomme affectueusement « radio-poubelles », s’en donnent à cœur joie contre tout ce qui est à gauche et ce, depuis fort longtemps. La présente campagne électorale ne fait pas exception.

D’ordinaire intolérables, mais surtout intolérants à l’égard de tout ce qui est à gauche, les animateurs de ces radios détestent Québec solidaire à un point tel qu’ils se sont carrément lancés dans une chasse aux sorcières dernièrement.

La chasse aux communistes

Le groupe « Sortons les radio-poubelles » a recensé quelques-uns des chefs d’œuvre du mépris, pour ne pas dire du vomi, de ces vedettes des ondes dans la capitale nationale :

Si QS est élu, "Tout' va être détruit" - Ian Sénéchal

"L'heure est grave (...) il va y avoir une vague communiste" -Jeff Fillion

"Si tu dis: je vote Québec Solidaire, tu es une cruche (...) Tu ne devrais pas avoir le droit de voter" - Jeff Fillion

"QS, c'est un monstre habillé en grand-maman" -Jeff Fillion

"Avec l'avènement d'un gouvernement de Québec Solidaire, ma maison va perdre 50% de sa valeur" -Jeff Fillion

Une entrepreneuse amie de Jeff Fillion menace ses employés de fermer son commerce s'ils votent QS: "C'est pas vrai que je vais vivre avec ma famille sous un régime communiste", aurait-elle affirmé.

"Si on adoptait le programme de QS, on deviendrait le Vénézuela du Nord" -Jacques Brassard

"QS, quelle bande de bouffons" - Luc Lavoie

Lisant le programme de QS, qu'il appelle "Québec suicidaire": "Le travail invisible c'est quoi? La Gestapo?" -Yannick Marceau

"C'est pour ça que tout s'est écroulé (en URSS), parce que tout était gratuit" -Svetlana Solomykina, candidate de la CAQ en entrevue avec (Éric) Duhaime, à propos de QS

"QS est un parti communiste" – (Dominic) Maurais

"Avec QS, les médias vont être contrôlés", selon Sylvain Bouchard

Questionner les radio-poubelles

Depuis plus d’une décennie, les animateurs de ces radios se retrouvent au sommet des cotes d’écoute dans la région de Québec. Ils influencent indéniablement leur auditoire politiquement.

On est donc en droit de les questionner sur leur couverture de la campagne électorale.

D’autre part, on est en droit de se demander si ces radios respectent le règlement fédéral pour la radio qui dit que :

« Au cours d’une période électorale, le titulaire doit répartir équitablement entre les différents partis politiques accrédités et les candidats rivaux représentés à l’élection ou au référendum le temps consacré à la radiodiffusion d’émissions, d’annonces ou d’avis qui exposent la politique d’un parti. »

D’autre part, on peut aussi se demander si ces radios respectent leur propre code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs qui stipule qu’elles ont pour « tâche première et fondamentale [...] de présenter des nouvelles, des points de vue, des commentaires ou des textes éditoriaux d’une manière complète, juste et appropriée ».

On est en droit de questionner, d’abord à la lumière des citations plus haut, mais aussi parce que ces radios ont déjà été critiquées sévèrement dans le passé au sujet de leur rôle et de leur influence.

Une étude du Centre d’études sur les médias de l’Université Laval en 2009 concluait déjà à cette époque que « ... les deux stations de Québec n’ont pas respecté les consignes du CRTC ni les normes qu’on retrouve dans le Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs. », en parlant de la station 93,3 FM et de son concurrent CHOI.

Les auteurs de l’étude s’expliquent : « En effet, les membres du personnel des deux stations qui ont donné leur opinion en ondes, comme il leur était tout à fait loisible de le faire, ont affirmé préférer la candidature de Régis Labeaume. Aucune opinion contraire n’a été exprimée. Ann Bourget a plutôt eu droit à une kyrielle de reproches en tous genres. Ce courant monolithique de pensée a été omniprésent, à tel point qu’il a dominé l’ensemble des propos entendus à ces deux antennes concernant le choix du futur maire de Québec. »

Et ils prennent soin de mentionner que « La liberté qu’ont les animateurs d’exprimer leur opinion ne leur permet pas de transformer leur micro en un outil partisan. Les autres avis ont autant droit de cité à leurs antennes que les leurs, particulièrement lorsqu’il s’agit de choisir ceux qui nous gouvernent. »

Pourrions-nous dire la même chose en 2018?

Où sont les animateurs de gauche dans ces stations?

Des questions pour le DGEQ et le CRTC

Pendant ce temps-là, le DGEQ met en demeure Équiterre qui a produit un document le plus objectif possible présentant les réponses des partis politiques aux questions d’une regroupement de 11 organisations écologistes.

Le DGEQ aurait aussi interpellé la FSE-CSQ qui s’est affichée pendant la campagne pour une école publique.

Pendant ce temps-là, des municipalités musèlent les syndicats qui ont voulu poser des affiches avec une message politique avant le déclenchement de la campagne électorale.

Les animateurs des radio-poubelles s’en sont réjouis. Ils trouvent ça bien effrayant que les syndicats et la société civile participent à la vie politique au Québec.

Mais quand on remet en question leur pouvoir d’influence, leur parti-pris pour la droite en général (des animateurs ne s’en cachent même pas), alors là... attendez-vous à entendre les pires insultes à votre égard.

Comment se fait-il alors que le DGEQ ne se demande pas si l’influence des radio-poubelles entachent ou pas la démocratie?

Pourquoi ne pas étudier le « phénomène » et se demander s’il n’y a pas une valeur monétaire associée à des prises de positions à sens unique d’une grande partie des radios privées de Québec?

Devrait-on comptabiliser ce temps d’antenne consacré à démoniser Québec solidaire comme des dépenses électorales, effectuées dans le fond pour mettre en valeur les partis qu’elles appuient officieusement?

Pourquoi le CRTC n’est pas proactif et ne se demande pas si ces mêmes radios respectent la Loi fédérale sur la radiodiffusion?

Qui s’assure que ces radios respectent leur propre code de déontologie?

Surtout quand on sait que ces radios et leurs animateurs ont été reconnus coupables de différentes infractions au fil des années.

Que font le DGEQ et le CRTC?