/misc
Navigation

Legault près du but... par défaut?

Coup d'oeil sur cet article

Au terme d’un marathon électoral de 39 jours, François Legault risque fort de réaliser son rêve de diriger le Québec, mais il est bien possible qu’il doive se contenter d’un gouvernement minoritaire.

Il s’agirait tout de même d’une élection historique. La dernière fois que le Québec a été mené par un parti qui n’était pas le Parti libéral du Québec ou le Parti québécois, c’était lors du dernier mandat de l’Union nationale, en 1966.

Visiblement, les choses changent. Pour la première fois depuis la gouvernance alternée des deux « vieux partis », ils risquent de recueillir ensemble moins de cinquante pour cent du suffrage exprimé à l’élection.

Pour plusieurs électeurs, la campagne a été terne et lassante.

Les rebondissements et les controverses ont surtout fasciné les commentateurs politiques et alimenté les canaux d’information continue.

Les enjeux

L’évacuation de la question nationale et l’absence de grands projets de société ont démobilisé bien des citoyens, déjà cyniques.

Demeure, donc, une volonté de changement, perceptible dans chaque vox pop.

Lorsqu’on parle aux Québécois, on constate une insatisfaction lancinante à l’égard de l’accès aux soins de santé, de l’attente dans les hôpitaux. Mais aussi, presque tous conviennent que les infirmières sont surchargées, que les profs croulent dans des classes trop pleines, accueillant de plus en plus d’élèves en trouble d’apprentissage.

Le gouvernement Couillard a généralement bien mené sa barque sur le plan de l’économie et des finances.

Il est encore possible qu’il demeure en poste. La partie n’est pas terminée. Mais cette insatisfaction qui le tire vers le bas pourrait lui être fatale.

Quel changement ?

L’enthousiasme derrière le vote caquiste est toutefois mitigé.

Le parti qui termine la campagne avec la plus forte poussée, c’est Québec solidaire, en voie de dépasser le PQ sur sa gauche. Manon Massé a largement excédé les attentes et a réussi à charmer malgré certains engagements plus près d’un monde féerique à la Disney.

En filigrane d’un possible changement de gouvernement, c’est la révélation de la campagne...