/elections
Navigation

Entrevue éditoriale avec les chefs: Lisée prêt à collaborer avec QS

L’altercation avec la co-porte-parole solidaire lors du «Face à Face» de TVA a laissé des traces

Le chef du PQ, Jean-François Lisée, estime avoir « rendu service » aux électeurs en braquant les projecteurs sur le programme de Québec solidaire.
Photo Chantal Poirier Le chef du PQ, Jean-François Lisée, estime avoir « rendu service » aux électeurs en braquant les projecteurs sur le programme de Québec solidaire.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré une campagne électorale âpre entre les deux partis, Jean-François Lisée se dit prêt à collaborer ponctuellement avec Québec solidaire après les élections, que ce soit à titre de gouvernement minoritaire ou dans l’opposition.

« Le moment électoral, c’est le moment de l’opposition la plus forte. Le moment législatif, lui, permet des rapprochements et du travail commun », affirme le chef péquiste en entrevue éditoriale avec notre Bureau parlementaire.

Idem pour la volonté commune des deux partis de mener le Québec à la souveraineté. « Dans la démarche que nous allons vouloir faire vers l’indépendance, on va appeler les indépendantistes du Bloc québécois, de Québec solidaire, de la société civile, à se réunir autour d’une démarche commune », rappelle-t-il.

Lors d’une visite d’une ferme laitière, le 31 août, à Saint-Hyacinthe.
Photo Ben Pelosse
Lors d’une visite d’une ferme laitière, le 31 août, à Saint-Hyacinthe.

Mais les réponses du chef péquiste laissent deviner qu’il ne se fait pas d’illusions sur sa cote d’amour auprès des solidaires. Il compte plutôt sur l’engagement des trois partis d’opposition d’inclure une part de vote proportionnel dans la réforme du mode de scrutin pour mettre fin à la division du vote progressiste et souverainiste.

« Donc, je pense qu’on n’a pas besoin de revenir à des scénarios de discussions de parti à parti », dit M. Lisée, en référence à l’échec de la convergence qu’il avait proposée à QS.

Attaques contre QS

La campagne électorale a pris un ton acrimonieux entre les deux partis souverainistes après que Jean-François Lisée eut demandé « qui tire les ficelles » à Québec solidaire, lors du Face à Face de TVA.

Le chef péquiste se défend toutefois d’avoir attaqué QS plus durement que ses autres adversaires. « Je pense qu’il y avait un problème d’équité dans la sévérité qu’on avait les uns envers les autres et que j’ai brisé un tabou », explique-t-il. De plus, critiquer une femme en débat « c’est plus compliqué », reconnaît M. Lisée.

Rassemblement

Dans la dernière semaine de campagne électorale, Jean-François Lisée s’est présenté comme « l’homme des rassemblements », en faisant valoir son rôle dans la coalition du Oui en 1995, de même que sa main tendue à QS pour former un pacte électoral.

S’il devait l’emporter demain, il n’hésiterait pas à reprendre les bonnes propositions de ses adversaires ; comme cette idée de François Legault de mettre fin à la nomination de proches d’un gouvernement sortant dans la haute fonction publique. « M. Legault a raison, il faut casser cette tradition-là, dit le chef péquiste. Si les collaborateurs des premiers ministres sortants sont si bons que ça, ils vont se trouver des jobs assez facilement », tranche-t-il.

Son bilan de campagne

  • Distance parcourue en campagne : +10 000 Km
  • Total des engagements : 9,6 G$

Moment décisif

Pour Jean-François Lisée, le moment décisif est venu... au début de la campagne électorale.

La campagne publicitaire humoristique et l’autobus de tournée psychédélique du PQ ont permis, croit-il, d’envoyer le message d’un parti « régénéré, rajeuni, taillé pour 2018 ».

Épisode marquant

Plus connu pour son travail d’auteur et de stratège, par définition solitaire, le chef péquiste a été marqué par les rassemblements militants. « Les salles étaient pleines dès le premier soir et il y avait un genre d’étonnement réciproque, compte tenu de tout ce qu’on avait lu dans le journal, que ça allait [prétendument] tellement mal, dit M. Lisée. Il y avait quelque chose de très émotif à dire : regardez, on est une force. »