/news/provincial
Navigation

Un CPE de Sainte-Foy chassé par le tramway

Le bâtiment abritant le service de garde sera démoli, car il se trouve sur le tracé

Le service de garde situé depuis une quarantaine d’années dans un immeuble municipal de l’avenue Roland-Beaudin se trouve sur le tracé du tramway et devra être relocalisé. Si son bail arrive à échéance en décembre 2019, la Ville insiste sur le fait que le bâtiment municipal ne sera pas démoli tant qu’une solution de relocalisation n’aura pas été trouvée.
Photo Stevens LeBlanc/ Le service de garde situé depuis une quarantaine d’années dans un immeuble municipal de l’avenue Roland-Beaudin se trouve sur le tracé du tramway et devra être relocalisé. Si son bail arrive à échéance en décembre 2019, la Ville insiste sur le fait que le bâtiment municipal ne sera pas démoli tant qu’une solution de relocalisation n’aura pas été trouvée.

Coup d'oeil sur cet article

Un centre de la petite enfance (CPE) de 142 places devra faire ses boîtes pour faire place au tramway de Québec alors que le mégaprojet entraînera la démolition du bâtiment qui l’accueille dans le secteur de Sainte-Foy.

À la demande de la Ville de Québec, le CPE Mistigri devra quitter, à moyenne échéance, l’immeuble de propriété municipale qu’il occupe depuis plus de 40 ans au 990, avenue Roland Beaudin.

La ville songe depuis l’élaboration du programme particulier d’urbanisme du plateau centre de Sainte-Foy, en 2012, à raser ce bâtiment qui a abrité, à une époque, l’hôtel de ville de Sainte-Foy.

Sur le tracé

Il faut dire que le secteur est appelé à se métamorphoser complètement avec la construction du Centre des glaces et la refonte du marché public de Sainte-Foy. Cependant, c’est bien le passage du tramway qui aura raison de l’édifice.

«Au départ, la démolition du bâtiment visait l’aménagement d’une rue», explique Stéphanie Gaudreau, conseillère en communication à la Ville de Québec.

«Depuis, le projet de réseau structurant a été mis sur pied. Selon le tracé proposé en 2018, il est effectivement vrai que le tracé du tramway passe à cet endroit», affirme-t-elle.

Il s’agit de l’un des premiers impacts concrets du projet de tramway à être connu du public, la ville ayant fait preuve d’une grande discrétion sur d’éventuels déplacements de services ou expropriations.

D’ailleurs, Mme Gaudreau ne cache pas que «de façon générale, des acquisitions de bâtiments (à des fins de démolition) et de parcelles de terrains seront nécessaires». La ville cherchera à minimiser «au maximum les besoins d’acquisition», ajoute-t-elle.

Continuité des services

Tant la ville que le CPE se montrent rassurants à l’égard de la clientèle du service de garde étant donné que la construction du réseau structurant ne débute qu’en 2022. Ce dernier accueille les enfants de la pouponnière à la maternelle.

«La ville ne démolira pas le bâtiment tant qu’elle n’aura pas convenu avec les autorités du CPE d’une solution concrète de relocalisation», indique Mme Gaudreau.

«La ville travaille avec nous, elle nous accompagne dans le processus et on n’a pas de date butoir, c’est-à-dire qu’on a un agenda qui est ouvert dans le temps pour le travail qu’on a à faire, insiste de son côté Johanne Marquis, directrice générale du CPE Mistigri. Les parents peuvent être assurés que le service va être maintenu tout au long du processus.»

Le service de garde se dit en discussion avec un promoteur potentiel dans le même secteur où il se trouve depuis quatre décennies.

Le service de garde situé depuis une quarantaine d’années dans un immeuble municipal de l’avenue Roland-Beaudin se trouve sur le tracé du tramway et devra être relocalisé. Si son bail arrive à échéance en décembre 2019, la Ville insiste sur le fait que le bâtiment municipal ne sera pas démoli tant qu’une solution de relocalisation n’aura pas été trouvée.
Photo courtoisie Ville de Québec