/elections
Navigation

Le PQ prêt à collaborer avec QS

Des députés font valoir des valeurs communes

« On veut faire une réflexion en profondeur sur ce qui vient de se passer, sur notre campagne », dit la présidente du PQ, Gabrielle Lemieux, ici photographié lundi soir au rassemblement des partisans du parti, à Montréal.
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean « On veut faire une réflexion en profondeur sur ce qui vient de se passer, sur notre campagne », dit la présidente du PQ, Gabrielle Lemieux, ici photographié lundi soir au rassemblement des partisans du parti, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Réduit à neuf députés, le Parti québécois entame une réflexion sur son offre politique et tend la main à Québec solidaire pour faire progresser les causes souverainistes et progressistes.

 

À la lumière des résultats de lundi, le Parti québécois (PQ) doit entamer « une réflexion globale », dit la députée Catherine Fournier, réélue lundi dans Marie-Victorin.

Sans remettre en cause « la raison d’être » du parti, elle estime qu’une collaboration avec QS semble inévitable, bien qu’il soit « trop tôt » pour déterminer la forme qu’elle prendra.

« Quand on prend les résultats, c’est sûr qu’on ne peut passer à côté du fait que les résultats du PQ, plus les résultats de Québec solidaire, c’est un appui vraiment intéressant aux valeurs souverainistes et progressistes », souligne-t-elle. 

« On veut faire une réflexion en profondeur sur ce qui vient de se passer, sur notre campagne », dit la présidente du PQ, Gabrielle Lemieux, ici photographié lundi soir au rassemblement des partisans du parti, à Montréal.
PHOTO JEAN-FRANCOIS DESGAGNÉS

Le député de Rimouski, Harold Lebel, souligne pour sa part qu’il collabore fréquemment avec des militants de QS dans sa circonscription.

« Je ne sens pas d’agressivité avec les gens de QS, au contraire, souvent on se retrouve sur les mêmes dossiers », dit-il.

La présidente du parti, Gabrielle Lemieux, abonde dans le même sens. « Du haut de mes 32 ans, je sais que les jeunes s’attendent à ce que les partis soient capables de travailler de façon transpartisane », affirme-t-elle. 

Baisse du financement

Gabrielle Lemieux explique que le parti se réunira le 17 novembre en Conseil national des présidentes et présidents pour faire un bilan de la campagne électorale et évaluer les options pour une éventuelle course à la chefferie, après la démission de son chef Jean-François Lisée lundi. 

Le résultat de lundi amène une autre difficulté pour le PQ. Selon un calcul préliminaire, 66 candidats, sur 125, n’ont pas obtenu un minimum de 15 %.

Ils ne seront donc pas admissibles au remboursement de 50 % de leurs dépenses électorales.

De la même façon, la baisse du nombre de votes fera baisser le financement populaire que le parti reçoit.