/opinion/blogs/columnists
Navigation

Mahomes, un vrai de vrai!

Kansas City Chiefs v Denver Broncos
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Avant le duel du lundi soir face aux Broncos, le quart-arrière des Chiefs Patrick Mahomes montrait déjà un fantastique potentiel et des statistiques de jeux vidéos. Au terme de la dernière victoire durement acquise, il montre, bien au-delà de n’importe quel chiffre, qu’il a des nerfs d’acier et l’attitude pour devenir un véritable joueur de concession.

Difficile de penser autrement après la spectaculaire victoire des Chiefs par 27-23 face aux Broncos dans un crucial duel de division. Je suis pourtant farouchement opposé à l’idée de condamner ou de canoniser un jeune quart-arrière trop vite, mais dans le cas de Mahomes, force est de constater qu’il a tous les traits pour devenir un fantastique leader, en plus de posséder un talent fou, un bras canon et une mentalité de fonceur à toute épreuve.

Il fallait le faire, quand même, de ramener les Chiefs dans le coup malgré un déficit de 10 points avec 12 min 52 s à écouler, dans l’environnement très hostile et bruyant de Denver. Pensons-y un bref instant, le jeune homme évolue à la position la plus complexe qui soit dans le sport et vient à peine de souffler 23 bougies, avec seulement quatre départs derrière la cravate dans la NFL!

Durant cette irrésistible remontée, Mahomes a complété, en deux poussées offensives, 11 passes sur 14 pour 114 verges de gains et un touché. Il s’est retrouvé plusieurs fois en position inconfortable avec quatre conversions de troisièmes essais et une conversion de quatrième essai. Jamais, jamais, jamais, n’a-t-on lu le moindre sentiment de panique dans ses yeux.

Même qu’après une pénalité qui aurait pu devenir fatale pour s’être débarrassé intentionnellement du ballon, Mahomes est parvenu à se sortir de son propre pétrin, les Chiefs se retrouvant devant une situation de deuxième essai avec 30 verges à franchir. Et pourtant, il a navigué dans ces eaux troubles en faisant preuve d’un calme désarmant, sous les projecteurs du lundi soir. Le tout, en sortant régulièrement de sa pochette, en fuyant la pression et en complétant même une passe... de la main gauche!

Évidemment que Mahomes ne fait pas tout par lui-même. Il est appuyé par une bonne ligne offensive, un porteur dynamique en Kareem Hunt, un ailier rapproché monstrueux en Travis Kelce et une arme de destruction massive en Tyreek Hill. Sauf qu’il faut un moteur derrière une telle opération et Mahomes est en train de le devenir. Et pas à peu près!

À ce jour, cette saison, les Chiefs n’avaient pas tiré de l’arrière au quatrième quart. Les prouesses de Mahomes étaient donc légitimes, mais clairement plus faciles à établir que dans un contexte comme celui d’un match du lundi soir face à un rival de division, sur la route, en accusant un retard.

Pour donner une idée de l’ampleur de l’exploit, selon ESPN Stats & Info, les Broncos surfaient sur une séquence de 65 victoires lorsqu’ils détenaient une avance de 10 points ou plus au quatrième quart. Il s’agissait de la plus longue séquence active du genre à travers la NFL. Jusqu’aux petits miracles de Mahomes et sa bande!

Le quart-arrière de deuxième année a bouclé sa soirée de travail avec 304 verges et une passe de touché, sur 62,2% de passes complétées. Statistiquement, il s’agissait de son moins bon match de la saison. Mais en réalité, il s’agissait de son meilleur.

Les véritables quarts-arrières ressortent dans les grands moments d’adversité. C’est exactement ce que Mahomes a réussi.