/sports/hockey
Navigation

Seattle présente son dossier à la LNH pour obtenir une équipe d'expansion

Le comité exécutif de la LNH recommande une expansion et un vote aura lieu en décembre

L’éventuel propriétaire David Bonderman a répondu aux questions en compagnie de la mairesse de Seattle Jenny Durkan, devant les bureaux de la LNH, à New York.
Photo Stéphane Cadorette L’éventuel propriétaire David Bonderman a répondu aux questions en compagnie de la mairesse de Seattle Jenny Durkan, devant les bureaux de la LNH, à New York.

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | « Nous sommes prêts pour le hockey et nous devrions savoir assez tôt si le hockey s’en vient. » C’est avec aplomb que la mairesse de Seattle, Jenny Durkan, a résumé ses impressions à la suite d’une présentation au comité exécutif de la LNH dans les quartiers généraux de la ligue, à New York. Un peu plus de quatre heures plus tard, ce même comité recommandait à l’ensemble des gouverneurs l’octroi d’une équipe d’expansion.

La mairesse était notamment accompagnée de David Bonderman, éventuel propriétaire, ainsi que des frères Tim et Todd Leiweke, respectivement président de Oak View Group et président et chef de la direction de la future équipe.

Car future équipe, il y aura, à moins d’un revirement de situation spectaculaire dans les prochaines semaines.

Le commissaire de la Ligue nationale, Gary Bettman, a confirmé en fin de journée que le comité exécutif formé d’une dizaine de gouverneurs influents avait recommandé à l’ensemble des propriétaires d’aller de l’avant avec Seattle.

Le vote aura lieu à la prochaine assemblée des gouverneurs, à Sea Island, en Georgie, les 3 et 4 décembre.

En confiance

La LNH n’a jamais caché son vif intérêt pour Seattle et depuis que le conseil de ville a approuvé à l’unanimité le projet de rénovation de 700 millions $ du KeyArena, le 24 septembre, les jeux semblent faits pour l’octroi d’une franchise d’expansion, qui porterait le nombre d’équipes à 32 tout en ramenant le sacro-saint équilibre au sein des deux conférences.

« Nous verrons au moment du vote, mais on pouvait sentir quelque chose de spécial dans la salle. Le partenariat entre la ville et le groupe de propriétaires est sans précédent. Nous miserons sur un amphithéâtre de classe mondiale dont l’unique portion qui restera en place sera le plafond. Ils [la LNH] ont réalisé que cet aréna ne sera pas seulement bon pour Seattle, mais aussi pour la ligue », a fait valoir Mme Durkan.

D’ici deux ans si possible

Si l’accession de Seattle à la LNH semble plus que jamais une formalité, reste à déterminer si l’équipe sera en mesure d’intégrer le circuit dès la saison 2020-21 ou à la suivante.

Les deux parties impliquées visent 2020, mais les travaux à l’aréna ne peuvent être entamés sans le feu vert officiel des gros bonnets du circuit Bettman.

« Nous comprenons qu’il y a beaucoup de curiosité à propos de la date, mais je ne spéculerai pas. Je vais très bien dormir parce que je sais que nous avions une très bonne histoire à raconter », a souri Tod Leiweke.

Pas encore victoire...

Cette bonne histoire, apparemment, mise sur le futur amphithéâtre « parmi les plus efficaces au monde », de même que le lien fort unissant la ville et un groupe de propriétaires dont quelques-uns sont déjà reconnus dans le paysage sportif de Seattle.

C’est sans parler de la ville elle-même, qui regorge de richissimes multinationales.

« Tout le monde réalise que Seattle se vend d’elle-même. Nous avons démontré que c’est un bon deal pour le hockey en général », estime la mairesse Durkan.

Même si tout semble dans la poche, Tod Leiweke a tout de même préféré se montrer prudent, question de se conformer au discours d’usage.

« C’est la LNH qui est en contrôle du processus et il n’est pas question d’être présomptueux. Personne ici ne va déclarer victoire aussi tôt. »

 

« L’espoir pour tout le monde, c’est 2020 », clame Gary Bettman

 

Saluant le dossier de présentation de Seattle sans aucune réserve, Gary Bettman souhaite que l’équipe d’expansion qui sera visiblement accordée à la ville en décembre effectue ses premiers coups de patin dès octobre 2020.

Dans les dernières semaines, son adjoint Bill Daly avait laissé entendre qu’il serait peut-être plus réaliste d’attendre 2021-2022 afin de s’assurer que les travaux de rénovation du KeyArena soient terminés.

« L’espoir pour tout le monde, c’est 2020, a tranché le commissaire. Plusieurs facteurs peuvent influencer la date, incluant l’échéancier de construction. Si tout peut être accompli à temps, nous irons de l’avant dès la saison 2020. Sinon, ce sera 2021. En décembre, nous aurons une meilleure idée du calendrier de construction. »

Des louanges

Chose certaine, Bettman ne s’est pas fait tordre un bras pour sortir l’encensoir à l’endroit du groupe qui a présenté la candidature de Seattle, mardi, à New York.

« Seattle est l’une des villes dont la croissance est la plus rapide au pays. Elle nous procure un équilibre géographique en plus d’une belle rivalité avec Vancouver. Le groupe de propriétaires et les plans de l’aréna sont des facteurs importants. Ils ont fait un excellent boulot », a-t-il soutenu.

Pour que Seattle joigne officiellement les rangs du circuit, au moins les trois quarts des gouverneurs devront se prononcer en faveur.

« Le comité a recommandé [à l’unanimité] d’aller de l’avant et ça veut tout dire », a-t-il rappelé.

Patient

Pour sa part, le propriétaire éventuel de l’équipe David Bonderman s’est dit prêt à attendre le temps qu’il faudra, au besoin.

« Ce n’est pas une question de date, c’est un projet qui durera toujours. On ne va pas se laisser déconcentrer par des questions à court terme. »