/sports/ski
Navigation

Une Coupe du monde de ski sur le mont Royal?

Une compétition de slalom parallèle pourrait être tenue sur le mont Royal à l’automne 2020

Les concurrents termineraient leur course au pied de l’Université de Montréal. Cet événement redonnerait vie à des installations de l’ancienne station de ski, qui a été fermée en 1979 et qui a été envahie par la végétation, mais dont la longueur de 80 mètres serait conforme pour une compétition de ce niveau.
Photo courtoisie, Yves Tremblay Les concurrents termineraient leur course au pied de l’Université de Montréal. Cet événement redonnerait vie à des installations de l’ancienne station de ski, qui a été fermée en 1979 et qui a été envahie par la végétation, mais dont la longueur de 80 mètres serait conforme pour une compétition de ce niveau.

Coup d'oeil sur cet article

La double championne olympique Mikaela Shiffrin et les spécialistes mondiaux du slalom pourraient dévaler le mont Royal jusqu’aux pieds de l’Université de Montréal lors d’une Coupe du monde de ski alpin à l’automne 2020.

Voici la vue qui se présenterait aux skieurs s’élançant du sommet du mont Royal si Montréal se voit attribuer une Coupe du monde de ski alpin à l’automne 2020.
Photo Martin Chevalier
Voici la vue qui se présenterait aux skieurs s’élançant du sommet du mont Royal si Montréal se voit attribuer une Coupe du monde de ski alpin à l’automne 2020.

Ce projet qui se veut aussi inusité que spectaculaire est suffisamment avancé, selon ce que Le Journal a appris, alors que la Ville de Montréal et des répondants canadiens du ski alpin y sont initiés depuis un an.

Le sujet a de nouveau été exploré par le promoteur – Gestev – et des décideurs de la Fédération internationale de ski (FIS), la semaine dernière à Zurich, au cours du congrès automnal servant à fixer les événements et orientations des prochaines saisons.

Intérêt pour Montréal

Une Coupe du monde de ski alpin à l’automne 2020 à Montréal redonnerait vie à des installations de l’ancienne station de ski, qui a été fermée en 1979 et qui a été envahie par la végétation, mais dont la longueur de 80 mètres serait conforme pour une compétition de ce niveau.
Photo Martin Chevalier
Une Coupe du monde de ski alpin à l’automne 2020 à Montréal redonnerait vie à des installations de l’ancienne station de ski, qui a été fermée en 1979 et qui a été envahie par la végétation, mais dont la longueur de 80 mètres serait conforme pour une compétition de ce niveau.

Comme elle l’a fait pour Oslo et Stockholm, qui présenteront l’hiver prochain une telle épreuve de slalom en parallèle, la FIS voit Montréal comme une opportunité d’accroître sur le territoire nord-américain sa vision d’implanter des événements au cœur de grandes villes.

La proximité géographique avec la station de Killington, au Vermont, où se tiendront des épreuves féminines de slalom et slalom géant pour la troisième année de suite les 24 et 25 novembre prochains, fait de

Montréal une occasion d’optimiser la venue du Cirque blanc en Amérique.

L’objectif avoué de la mairesse Valérie Plante de positionner sa ville dans des événements sportifs internationaux nourrit l’intérêt des différents acteurs dans ce projet. Une rencontre a eu lieu cette semaine entre Gestev et le conseiller en matière de sports au comité exécutif de la Ville, Hadrien Parizeau.

«Il y a eu effectivement une rencontre entre M. Parizeau et le promoteur, mais c’était une rencontre d’information. Il n’y a aucune décision qui a été prise jusqu’à maintenant. Ce qu’on peut dire, par contre, c’est qu’on est toujours intéressé à faire la promotion des sports d’hiver. Ça fait partie des choses qu’on avait dites en campagne électorale, mais en ce moment, c’est une démarche embryonnaire», nous dit Laurence Houde-Roy, attachée de presse du comité exécutif.

«Montréal serait un endroit très attrayant pour tenir un événement et nous savons que la ville de Québec en organise déjà d’excellents en ski de fond et dans d’autres disciplines. Il reste encore beaucoup de travail à faire et de discussions à avoir», nous a précisé par courriel Dave Pym, directeur général de la Canadian Snowsports Association, la voix de Canada Alpin et des fédérations de sports de glisse du pays auprès de la FIS.

Durant quatre ans

Si les conditions techniques et de financement s’attachent, cette Coupe du monde, déclinée en un volet féminin le samedi et un masculin le lendemain, se tiendrait «au plus tôt» en novembre ou décembre 2020, selon les projections du président de Gestev, Patrice Drouin, laconique lorsqu’appelé à commenter nos informations. Dans le cas d’un délai plus long, l’événement aurait lieu à la même période, mais en 2021.

Un objectif de pérennité se cache également derrière ce projet. Le promoteur souhaiterait asseoir cette Coupe du monde sur le mont Royal durant au moins quatre années de suite. Elle se grefferait alors au réseau de courses existant en Amérique du Nord à la fin de novembre et au début de décembre, qui comprend des épreuves techniques et de vitesse à Lake Louise, Beaver Creek et Killington.

La finalité favorisant Montréal pourrait aussi dépendre de possibles tractations avec des rendez-vous traditionnels qui se déroulent en Europe à compter de la mi-décembre.

«Les démarches pour réaliser ce projet vont se faire dans le plus grand respect de tous les partenaires. On va emprunter la bonne manière», assure Drouin.

 

Le mont Royal, un site naturel comme héritage

Les concurrents termineraient leur course au pied de l’Université de Montréal. Cet événement redonnerait vie à des installations de l’ancienne station de ski, qui a été fermée en 1979 et qui a été envahie par la végétation, mais dont la longueur de 80 mètres serait conforme pour une compétition de ce niveau.
Photo courtoisie, Yves Tremblay
Les concurrents termineraient leur course au pied de l’Université de Montréal. Cet événement redonnerait vie à des installations de l’ancienne station de ski, qui a été fermée en 1979 et qui a été envahie par la végétation, mais dont la longueur de 80 mètres serait conforme pour une compétition de ce niveau.

Si la piste désaffectée du mont Royal reprend vie avec une Coupe du monde, la population de Montréal héritera d’une station de ski au centre-ville.

La pente naturelle qui plonge à l’arrière de l’Université de Montréal est devenue le terrain de jeu tout désigné par le promoteur d’une Coupe du monde, Patrice Drouin. Le souci d’éviter de lancer le projet dans de lourdes dépenses d’infrastructures le guide depuis le début, mais il y voit aussi la volonté de redonner en héritage une piste et son remonte-pente qui ont fait le plaisir des skieurs entre 1944 et 1979.

«On ne veut pas bûcher effrontément dans la montagne. On veut seulement lui redonner vie dans cette partie. Une Coupe du monde, c’est l’élément déclencheur pour redonner une piste au public. Ça donne encore plus de valeur à notre projet», estime le président de Gestev.

Piste homologable

Les habitués repèrent depuis longtemps des traces de l’ancienne piste, qui servait à l’époque de centre d’entraînement de l’équipe de ski alpin de l’Université de Montréal. Des pylônes du remonte-pente y côtoient aujourd’hui arbres et broussailles.

Au sommet, des dalles de béton encore présentes serviraient de base de lancement pour les skieurs à la compétition. Des délégués de la Fédération internationale de ski doivent arpenter le parcours de quelque 80 mètres durant les prochaines semaines afin de l’homologuer.

Guay : «Ça attirerait» 

Se disant contraint à la discrétion durant ses démarches avec la Ville de Montréal et les autorités internationales du ski, Drouin prévoit maintenant travailler avec Les amis de la montagne, l’organisme à but non lucratif chargé de protéger et valoriser le mont Royal.

Entre-temps, il peut déjà compter sur l’appui de l’ambassadeur le plus en vue du ski québécois en Erik Guay.

«Le point de départ pour redonner une popularité au ski alpin au Canada serait d’attirer une Coupe du monde au Québec. Je dis spécifiquement au Québec parce qu’il y a plus d’intérêt au Québec qu’ailleurs au Canada. Si on regarde les commanditaires affichés sur nos vêtements, ce sont des entreprises de l’est du pays. Ce serait une belle occasion pour nous [Canada Alpin] d’aller chercher de nouvelles commandites», affirme le champion du monde en titre du super-G.

«S’il y avait un arrêt à Montréal, je pense que ça attirerait beaucoup de monde. Il y a plus de 30 000 spectateurs qui assistent au total des deux jours à Killington. Je ne peux pas croire que c’est plus populaire à Killington qu’à Montréal, Mont-Tremblant ou Québec.»

 

C’est quoi?

L’épreuve de slalom parallèle visée pour Montréal a fait son entrée aux Jeux olympiques à Pyeongchang. Chaque pays désigne deux skieurs. Dans un concours à élimination directe, les deux concurrents de chaque pays qui s’affrontent dévalent un parcours en parallèle identique jalonné de piquets. Le skieur le plus rapide marque un point pour son pays et, en cas d’égalité 1-1, le meilleur chrono départage l’équipe qui passe à la ronde suivante.

À Montréal, l’épreuve féminine se déroulerait le samedi, et celle masculine, le dimanche.