/weekend
Navigation

L’Histoire avec un grand H

<i>La petite russie Francis Desharnais</i></br>
Éd. Pow Pow
Photo courtoisie La petite russie Francis Desharnais
Éd. Pow Pow

Coup d'oeil sur cet article

En guise de douzième album, Francis Desharnais livre un passionnant récit historique sur la fondation de Guyenne, un village d’Abitibi de la fin des années 40 dont la gouvernance était en mode coopératif.

Loin du mièvre récit de bûcheron et autres fadaises folkloriques, l’artiste originaire de la région de Québec lève le voile sur un pan méconnu de notre histoire, auquel ses grands-parents paternels ont d’ailleurs largement contribué. Marcel Desharnais a même publié un ouvrage à ce sujet. Intitulé Guyenne, 20 ans de coopération sous le régime coopératif, et après..., le livre, relatant la fondation du village par ces pionniers qui étaient vus comme des communistes par les habitants des paroisses avoisinantes, a servi de matériau de base à l’élaboration de La petite Russie. « Cette aventure et ce livre occupent une place importante dans la mythologie familiale », affirme Desharnais, qui avoue du même souffle être un brin nerveux de la réception de l’album chez les siens. « Même si le récit repose sur des faits, je me suis permis de jouer avec la chronologie, d’y insérer des éléments de fiction. »

Défrichement

À l’instar de ses grands-parents, qui défrichèrent et labourèrent la terre de Guyenne – en plus de militer pour la cause féministe ! –, Francis Desharnais saisit l’occasion que lui présente chaque nouveau projet afin d’explorer, de repousser les limites du médium de la bande dessinée, de sortir de sa zone de confort. L’auteur de Burquette et de La guerre des arts, qui œuvre tant comme scénariste qu’illustrateur lors de ses collaborations, est un habitué de la comédie. Or, La petite Russie, qui ne manque de verve ni de moments cocasses, est une œuvre plus dense, conséquente, poignante.

Desharnais s’est d’ailleurs adjoint les services de Michel Giguère, conférencier émérite pour Les rendez-vous de la BD de Québec et enseignant qui a piloté d’une main de maître le formidable collectif 1792 À main levée, ainsi que ceux de Frédéric Lemieux, historien de l’Assemblée nationale qui a notamment étudié la colonisation de l’Abitibi. « Réaliser une bande dessinée prend du temps et est très peu payant. J’ai maintenant, je souhaitais travailler plus en profondeur. Comme j’ai obtenu une bourse du Conseil des arts du Canada pour le livre, j’ai pu travailler en équipe avec Michel, qui ne laisse rien passer et qui m’a constamment relancé », raconte l’auteur à l’autre bout du fil. « Dès les débuts, je voulais être supervisé par un historien, question d’être le plus précis possible. »

Même si le graphiste de formation a fait ses preuves depuis fort longtemps, La petite Russie est la pièce maîtresse de sa bibliographie, qui l’élève incontestablement au rang d’auteur consacré du neuvième art national. Bien plus que l’album de la saison – voire de l’année ! –, il s’agit indéniablement d’une œuvre importante qui trouve écho dans l’actualité politique et sociétale en cette ère de la redéfinition de la question identitaire.

À lire aussi

<i>Macguffin & Alan Smithee tome 2</i></br>
Michel Viau, Christian Duguay</br>
Perro éditeur
Photo courtoisie
Macguffin & Alan Smithee tome 2
Michel Viau, Christian Duguay
Perro éditeur

Il y a longtemps que la bande dessinée québécoise n’avait eu de série policière depuis Humphrey Beauregard et Pete Kevlar. Voilà que MacGuffin & Alan Smithee remédie à la situation avec la parution du second volet des rocambolesques aventures du sympathique et drolatique tandem d’agents de la S6, qui doivent voir à la sécurité du général de Gaulle lors de son passage à Montréal en 1967. Inspiré de Ric Hochet, Gil Jourdan, Soda, James Bond, Mission impossible, Chapeau melon et bottes de cuir, MacGuffin & Alan Smithee est assurément la série québécoise la plus « franco-belge » du moment !


<i>L’âge d’or</i></br>
Cyril Pedrosa, Roxanne Moreil
Photo courtoisie
L’âge d’or
Cyril Pedrosa, Roxanne Moreil

Renouant avec les tonalités fantasmagoriques de Trois Ombres, Pedrosa et sa coscénariste livrent une captivante fable politique magistralement mise en images. Ses planches, qui rappellent tant les maîtres enlumineurs du Moyen Âge que les toiles de l’artiste japonais Katsushika Hokusai, mettent en images le récit de Tilda, aspirante reine poussée à l’exil par son jeune frère en quête du trône. Pour reconquérir son royaume et sauver ses sujets, elle part à la recherche de « L’âge d’or », un ouvrage au pouvoir extraordinaire qui pourrait renverser l’ordre établi. Voilà une œuvre éloquente, incandescente et diablement d’actualité.


<i>Nick Cave</i></br>
Reinhard Kleist</br>
Éd. Casterman
Photo courtoisie
Nick Cave
Reinhard Kleist
Éd. Casterman

Si le genre biographique est depuis quelques années très fréquenté dans le neuvième art, peu d’œuvres réussissent à incarner l’univers d’un personnage historique avec autant de panache et d’inventivité. D’abord publié en anglais, Nick Cave trouve le chemin du lectorat francophone par le truchement de la superbe collection Écritures des éditions Casterman. L’impeccable traduction – qui recelait à n’en point douter de nombreux défis – nous plonge dans l’œuvre, et la vie fabuleuse et fabulée, de l’iconique musicien, de son enfance en Australie à la consécration avec les Bad Seeds.