/opinion/columnists
Navigation

Jubilatoire Québec solidaire

Coup d'oeil sur cet article

On comprend l’excitation des 10 élus de Québec solidaire qui, fous de joie, se sont autoproclamés vendredi l’opposition officielle de l’Assemblée nationale pour les quatre années à venir.

Comme des ados qui se congratulent bruyamment lors de leur graduation, ils n’ont pas hésité à offrir le spectacle touchant de leur trop-plein d’adrénaline en se bisoutant et en s’enlaçant devant les caméras, qui en redemandaient.

Que de jeunesse, que de spontanéité, que d’emballements, diront les attendris. Que d’enfantillages, penseront ceux qui croient encore que la politique est une activité d’adultes conscients du poids moral que constitue la fonction réelle et symbolique de représenter leurs commettants.

Nous avons constaté lors de la campagne électorale que Manon Massé n’est pas une enfant d’école. Ses convictions, sa capacité de séduire ont réussi à masquer la rugosité et l’extrémisme du programme de QS.

Novices

Avec ses 10 députés sur les 125 que compte l’Assemblée nationale, son parti ne se fera pas dérouler le tapis rouge comme semblent le croire les novices solidaires. Ils n’échapperont pas aux règles et au protocole de cette institution. Les 31 députés du PLQ n’ont certainement pas l’intention d’abandonner leur rôle et le pouvoir qui s’y attache.

L’Assemblée nationale est une institution séculaire qui a fait ses preuves. Ce n’est pas un laboratoire où l’on réinvente les pratiques. On comprend le désir de la jeune poétesse Catherine Dorion, fringante députée de Taschereau, qui déclare vouloir « révolutionner » le fond et la forme de la politique tout en gardant sa fraîcheur et son allure, disons « poétique », avec sa tuque et ses bottes Doc Martens.

Les néophytes de la députation solidaire vont trouver chaussure à leur pied avec les « vieux » pros qui ont vu couler bien de l’eau sous les ponts de Québec. L’exercice de la politique a ses contraintes. Les nouveaux vont vite l’apprendre.