/opinion/columnists
Navigation

La laïcité, c’est comme la boisson

Coup d'oeil sur cet article

Maurice Duplessis, le plus populiste de nos premiers ministres, et le plus autoritaire – ce n’est pas une coïncidence –, avait déclaré au sujet de l’école : « L’instruction, c’est comme la boisson : il y en a qui ne portent pas ça. »

Aujourd’hui, nous pourrions dire : « La laïcité, c’est comme la boisson : il y en a qui ne portent pas ça. »

Racistes et xénophobes, crétins et ignares semblent avoir pris du galon sur les réseaux sociaux depuis que la CAQ a annoncé qu’elle interdirait les signes religieux pour les employés de l’État en position d’autorité, incluant les enseignants.

De grâce, ne polluez pas cet important débat.

Je suis pour

J’appuie l’annonce du nouveau gouvernement, sauf pour le congédiement d’enseignants déjà en poste (personne d’autre ne porte de signes présentement). Congédier, c’est punir.

Cela donnerait une image détestable au Québec. De plus, nous manquons d’enseignants. L’interdiction ne devrait s’appliquer qu’aux nouveaux employés, quitte à inciter les anciens à se départir de leur attirail, mais sans les sanctionner.

Beaucoup ne comprennent pas la laïcité. Ils croient que la laïcité permet à l’État d’interdire la religion en public, et qu’on ne verra plus de foulards, kippas et turbans dans nos rues.

Pour d’autres, la laïcité est un moyen détourné de « mettre les musulmans à leur place ». Désolée, la laïcité s’applique à toutes les religions, y compris le catholicisme.

C’est pourquoi le crucifix de l’Assemblée nationale doit aller dans le corridor. Il n’a pas sa place là où les lois sont votées. Il ne représente pas notre culture, mais notre asservissement : Duplessis voulait rappeler aux parlementaires l’entente entre son gouvernement et l’Église, que le vrai boss, c’est Dieu.

La laïcité sert à séparer l’État et les religions, toutes les religions, pour éviter contamination et influence indue. La laïcité délimite la place de la religion dans la société, mais ne l’efface pas.

Si la France interdit le niqab en public, ce n’est pas en vertu de la loi sur la laïcité, mais de la sécurité publique.

La laïcité garantit la liberté de religion, car elle offre un cadre à l’intérieur duquel les religions sont protégées.

Incompréhension

Je passe une partie de mon temps au travail à expliquer le Québec francophone aux anglophones et à des non-Québécois. À leur démontrer que les Québécois ne sont pas plus racistes que les autres peuples. Je suis blessée quand on nous traite d’intolérants.

Mais je dois admettre que l’ignorance de certains – qui gueulent plus fort que tout le monde sur les réseaux sociaux – est affligeante. Tous ces ti-Joe connaissants qui expliquent le Coran ou le Talmud et qui nous font passer pour des ti-counes me donnent des boutons. Quand je lis des trucs comme « ertoune ché vous ouèrre tes chamos », j’ai honte.

Il y a un gros travail d’éducation à faire. Sur le comment, mais aussi sur le pourquoi. J’espère que les caquistes, contrairement au PQ, auront le courage de mettre les choses au clair, au lieu de seulement clamer qu’ils mettent leurs culottes.

Prochaine étape : les écoles religieuses subventionnées ?