/news/transports
Navigation

Les radars photo mobiles au ralenti

Malgré la reprise annoncée des contraventions, ces appareils rapportent 120 fois moins qu’en 2016

Les radars photo mobiles, comme ceux entreposés dans le stationnement du poste de police du secteur Beauport, rapportent beaucoup moins que par le passé. Depuis le début de l’année, seulement 345 constats d’infraction ont été remis à travers la province.
Photo Didier Debusschère Les radars photo mobiles, comme ceux entreposés dans le stationnement du poste de police du secteur Beauport, rapportent beaucoup moins que par le passé. Depuis le début de l’année, seulement 345 constats d’infraction ont été remis à travers la province.

Coup d'oeil sur cet article

Même si vous croisez un radar photo mobile sur les routes de la province, il est fort possible que vous profitiez d’un congé de ticket, car les appareils du ministère ont rapporté 11 M$ de moins cette année qu’en 2016.

Après une pause forcée par une décision du juge Serge Cimon qui invalidait les contraventions depuis novembre 2016, Québec avait promis que les radars photo reprendraient du service au cours de l’été. Des modifications au Code de la sécurité routière et des changements législatifs ont d’ailleurs été mis en place depuis pour contourner l’arrêt Cimon.

Mais force est d’admettre que la récolte des radars mobiles demeure bien modeste malgré tous ces efforts qui ont pourtant permis la reprise des contraventions pour les radars fixes et ceux installés aux feux rouges.

Entre le 30 juin et le 31 août dernier, soit lors des deux mois d’été, les 210 zones où peuvent être installés des appareils mobiles ont compilé un maigre total de 268 contraventions, pour une récolte de 48 859 $.

À titre de comparaison, sur la même période en 2016, les radars mobiles avaient permis à Québec d’engranger pas moins de 5,9 M$.

Sept emplacements seulement

Depuis le début de l’année 2018, ce sont seulement sept emplacements mobiles dispersés à travers la province qui ont donné au moins un constat d’infraction.

Ces chiffres veulent donc dire que 203 emplacements potentiels de radars photo mobiles n’ont pas donné un seul ticket depuis le début de l’année. Pourtant, le ministère des Transports (MTQ) et les corps policiers assurent que les appareils sont toujours déployés sur les routes.

À Québec, les 43 sites opérés par le SPVQ «sont visités de façon aléatoire sept jours sur sept», alors que la Sûreté du Québec indique avoir mené environ 400 opérations radars mobiles depuis le début de 2018.

«Les gens s’exposent toujours à avoir une contravention parce que les opérations se poursuivent. Les appareils sont là, la switch est à on partout», affirme Guillaume Paradis, porte-parole du MTQ. Les autorités ont 30 jours après l’infraction pour faire parvenir la contravention au contrevenant.

Traitement de la preuve difficile

Pour expliquer les raisons de ce fonctionnement au ralenti, le MTQ explique que c’est l’adaptation aux changements législatifs qui est plus longue que prévu.

«On n’a pas repris le rythme. Oui on avait dit l’été, et là c’est l’automne, mais on veut faire les choses correctement. On a quand même monté au cours des derniers mois, ça monte tranquillement», indique M. Paradis, expliquant que c’est au Centre de traitement de la preuve que le processus accroche.

«Ils continuent d’amasser des données, mais c’est au traitement de la preuve qu’on ne peut pas traiter tout ce qu’on voudrait actuellement.»

Du côté des juristes, on croit qu’une incertitude entourant les changements législatifs menés par Québec pourrait expliquer le faible nombre de contraventions provenant des radars mobiles. Bref, le gouvernement n’aurait pas repris le rythme pour éviter d’autres problèmes de contestation devant les tribunaux.

«Le problème avec les radars mobiles c’est qu’il y a tellement peu de contraventions, donc de contestations, qu’on ne sait pas ce qu’ils font. On ne sait pas pourquoi ils n’en émettent plus. On est un peu dans le néant nous aussi», affirme Me Myralie Roussin, avocate criminaliste, ajoutant qu’elle attend de voir «comment le gouvernement va se comporter».

Une faible récolte pour les radars photo mobiles

♦ 210 emplacements dans la province

♦ 345 contraventions depuis le début de l’année

♦ 65 532 $ amassés

Une relance des plus timides

► Comparatif pour la période du 1er janvier au 31 août

  • 2018 : 65 532 $
  • 2017 : 363 642 $
  • 2016 : 11,5 M$

Montants amassés par les radars mobiles par mois en 2018

  • Janvier : 1 052 $
  • Février : 0 $
  • Mars : 4242 $
  • Avril : 1482 $
  • Mai : 6991 $
  • Juin : 2906 $
  • Juillet : 16 662 $
  • Août : 32 197 $