/finance/business
Navigation

La Caisse de dépôt mise gros sur la fintech avec Al Gore

L’institution investit des centaines de millions dans une entreprise britannique

INDIA-ECONOMY-SUMMIT-AL-GORE
Photo AFP L’ancien vice-président américain Al Gore a cofondé en 2004 la firme d’investissement Generation Investment Management, qui gère des actifs de 20 G$ US. La Caisse de dépôt vient de s’allier à Generation pour prendre le contrôle de FNZ, une géante fintech.

Coup d'oeil sur cet article

La Caisse de dépôt et placement du Québec appuie sur l’accélérateur dans le domaine de la technologie financière (fintech). Elle s’associe à une firme cofondée par Al Gore pour prendre le contrôle de l’une des plus importantes entreprises du secteur.Sylvain Larocque  

La Caisse et Generation Investment Management acquerront ensemble 70 % de FNZ pour 2 milliards $ CA, ce qui attribue une valeur de 2,8 milliards $ CA à l’entreprise britannique. L’institution québécoise n’a pas voulu chiffrer son investissement, mais il s’agit vraisemblablement de centaines de millions de dollars.  

Fondée en 2003 en Nouvelle-Zélande, FNZ compte parmi les plus grandes fintechs du monde. L’entreprise gère plus de 560 milliards $ CA d’actifs pour plus de cinq millions de clients de certaines des plus grandes institutions financières du monde, dont Lloyds, Barclays et UBS.  

« Nous avons effectué des recherches sur les meilleures entreprises technologiques de services financiers, avec une attention particulière sur celles ayant véritablement un potentiel mondial à long terme », a expliqué le chef des placements de la Caisse, Stéphane Etroy.  

FNZ emploie plus de 1400 personnes au Royaume-Uni, en République tchèque, à Shanghai, à Singapour, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Quelque 400 salariés sont actionnaires de l’entreprise. Ils continueront de détenir près d’un tiers des actions de FNZ.  

En 2012, l’entreprise a déménagé son siège social à Édimbourg, en Écosse, où se trouve l’un de ses plus importants clients, l’assureur Standard Life.  

Pas de retombées prévues ici  

FNZ songe à prendre de l’expansion en Amérique du Nord, mais pour l’instant, la Caisse n’entend pas faire pression sur l’entreprise afin qu’elle choisisse le Québec pour s’installer sur le continent.  

« La décision reviendra à la direction de FNZ », a indiqué M. Etroy au Journal.  

La Caisse a commencé à investir dans la fintech l’an dernier, mais aucune de ses transactions dans ce secteur ne rivalise avec celle annoncée mardi.  

Nouveau fonds   

Il y a quelques mois, l’institution a injecté 25 millions $ dans un nouveau fonds consacré aux fintechs, Luge Capital, aux côtés de Desjardins, de Sun Life, du Fonds de Solidarité FTQ et de La Capitale.  

En décembre 2017, la Caisse a aussi racheté la participation de la Banque Nationale dans Gestion de placements Innocap, une firme montréalaise offrant des plateformes de comptes gérés.  

L’investissement dans FNZ est le premier que la Caisse et Generation effectuent dans le cadre d’un partenariat « durable à long terme » allant au-delà de la fintech.   

Le pacte doit mener à des investissements initiaux totalisant 3,9 milliards $ CA, avec des horizons de placement plus longs qu’à l’habitude.  

Investissements dans la fintech en 2017    

  • Canada: 4,5 G$ US  
  • États-Unis: 15,2 G$ US  
  • Europe: 7,4 G$ US  
  • Asie: 3,9 G$ US  
  • Total: 31 G$ US   

Source : KPMG