/sports/football
Navigation

Le casse-tête Beckham

Odell Beckham Jr.
Photo d'archives, AFP Odell Beckham Jr.

Coup d'oeil sur cet article

Aussi talentueux soit-il, Odell Beckham Jr semble posséder un don inné pour provoquer controverse par-dessus controverse. Les Giants ont choisi de vivre avec lui en lui consentant un gros contrat avant la saison. Pour le meilleur et pour le pire...

Les Giants continuent d’en arracher et la prochaine commande ne s’annonce pas de tout repos, jeudi soir, face aux Eagles.

Mais revenons à Beckham. Le mercuriel receveur a encore fait parler de lui, cette fois dans le cadre d’une entrevue à ESPN dans laquelle il n’a pu se retenir de foutre le bordel dans sa propre équipe.

Parmi ses propos les plus remarqués, il a décrié le manque de cœur à l’ouvrage de ses coéquipiers. Il a affirmé que le quart-arrière Eli Manning n’était peut-être plus la solution.

Il a mentionné que les Giants étaient dominés sur le plan stratégique. Et lorsqu’on lui a demandé s’il était heureux à New York, Beckham ne s’est pas montré trop convaincant en répondant qu’il s’agissait d’une question difficile...

Le cas Manning

D’une certaine façon, Beckham s’est peut-être tout simplement montré trop honnête.

Le jeu de Manning a indéniablement décliné et malgré l’explosivité d’un Beckham à sa disposition, le vétéran quart-arrière se rabat souvent sur de courtes passes peu risquées.

Beckham crie famine à sa façon parce qu’il croit qu’il pourrait en donner davantage s’il en avait l’opportunité.

Manning ne joue clairement pas comme un bon quart-arrière depuis près de deux ans. Sur le fond, il n’a pas tort.

Toutefois, quelle mauvaise façon de passer son message ! Oui, il est rafraîchissant de voir des athlètes laisser de côté la cassette en entrevue, mais cette forme de «leadership» n’est pas exactement la plus positive. Il y a toujours moyen de laver son linge sale en famille.

Même si pour un joueur accro à l’attention comme Beckham, la discrétion est moins percutante et spectaculaire...

Question sans réponse

Et si Beckham affirme qu’il est difficile d’évaluer s’il est heureux à New York, pourquoi donc a-t-il apposé sa signature au bas d’un lucratif contrat avant la saison? Personne ne lui a tordu un bras.

Quant aux stratagèmes offensifs des Giants, il faut savoir aussi que les entraîneurs doivent composer avec une ligne offensive très poreuse, ce qui complique la tâche et les ambitions de tous.

Il y a un autre élément à considérer en ce qui concerne Bekham. S’il se croit exempt de tout blâme, aussi bien y repenser. Depuis la saison 2016, il en est à 14 passes échappées, le troisième plus haut total dans la NFL.

Dommage, vraiment, que sa trappe soit aussi grande, voire plus, que son immense talent.


► Ma prédiction: Eagles 30 c. Giants 22

L’état des forces dans la NFL

1. Rams de Los Angeles (5-0)

Semaine dernière : 1 (=)

À sa ligne de 42 avec 1 min 39 s à jouer dans un duel corsé face aux Seahawks, le pilote des Rams Sean McVay a décidé de tenter la conversion d’un quatrième essai et moins d’une verge. S’il avait fallu que les Rams se plantent, McVay aurait été crucifié. Mais tout, tout, tout roule pour les Rams.

2. Chiefs de Kansas City (5-0)

Semaine dernière : 2 (=)

Pour une deuxième semaine de suite, Patrick Mahomes a vécu un peu d’adversité avec sa première interception, mais a néanmoins sonné la charge contre la grosse défensive des Jaguars. Très dommage, la blessure de Laurent Duvernay-Tardif, qui pourrait toutefois revenir dans le dernier droit.

3. Saints de la Nouvelle-Orléans (4-1)

Semaine dernière : 3 (=)

Drew Brees, nouveau recordman pour le nombre de verges dans l’histoire! Sinon, plusieurs poolers détenant Alvin Kamara se désolent du retour de Mark Ingram. Mais dans la vraie vie, c’est toute une addition pour les Saints, qui semblent de retour à leur recette de 2017.

4. Patriots de la Nouvelle-Angleterre (3-2)

Semaine dernière : 5 (+1)

Dans leurs trois victoires, les Patriots ont couru pour 131,3 verges par match. Dans leurs deux défaites, ils n’ont couru que pour 85,5 verges par match. Oui, le jeu au sol revêt encore une grande importance. Ce sera la meilleure arme pour tenir l’offensive des Chiefs sur le banc.

5. Panthers de la Caroline (3-1)

Semaine dernière : 7 (+2)

Il faut parfois que le héros du jour soit le botteur. Ce fut le cas face aux Giants pour Graham Gano avec trois longs placements de 49, 49 et 63 verges. S’il avait raté son coup, Cam Newton aurait été enseveli de questions sur ses deux interceptions. Voilà ce que quelques coups de pied peuvent faire.

6. Bengals de Cincinnati (4-1)

Semaine dernière : 10 (+4)

La défensive des Bengals n’inspirait rien de bon récemment, mais elle a contribué largement à la victoire contre Miami en inscrivant deux touchés et en limitant Ryan Tannehill à 5,3 verges par passe. Geno Atkins et Carlos Dunlap sont un duo redoutable sur la ligne défensive.

7. Bears de Chicago (3-1)

Semaine dernière : 9 (+2)

La seule chose qui puisse être pire en ce moment que d’affronter la défensive des Bears, c’est d’affronter la défensive des Bears reposée et énergique après un congé. Que les Dolphins se le tiennent pour dit! Il faudra voir si Mitchell Trubisky poursuivra sur sa lancée ou si c’était un mirage.

8. Jaguars de Jacksonville (3-2)

Semaine dernière : 4 (-4)

Un regard furtif au sommaire entre Jaguars et Chiefs pourrait laisser croire que Blake Bortles a connu un bon match avec 430 verges. Or, s’il n’avait pas distribué cinq revirements et constamment placé son équipe dans le pétrin, il n’aurait pas eu besoin d’en arriver là. Pénible, le Bortles...

9. Vikings du Minnesota (2-2-1)

Semaine dernière : 14 (+5)

Adam Thielen est devenu le premier receveur dans l’ère du Super Bowl à commencer la saison avec cinq matchs de plus de 100 verges. À 4,8 millions par année, il représente l’aubaine par excellence dans la NFL. Très rassurant aussi pour les Vikings de voir la défensive se ressaisir.

10. Chargers de Los Angeles (3-2)

Semaine dernière : 15 (+5)

Les Chargers sont de retour en haut de ,500 et ont dominé le match face aux Raiders dans toutes les facettes, même s’ils étaient privés de leurs deux bloqueurs partants. L’équipe a enfin eu l’air de celle qui était attendue, mais il faut dire que les Raiders sont pitoyables.

11. Steelers de Pittsburgh (2-2-1)

Semaine dernière : 16 (+5)

Antonio Brown et Ben Roethlisberger ont retrouvé leur synchronisme, James Conner a couru comme un premier de classe et la défensive a transformé Matt Ryan en compote avec six sacs. TJ Watt continue de s’illustrer avec trois de ces sacs. Un effort très encourageant.

12. Titans du Tennessee (3-2)

Semaine dernière : 8 (-4)

Le prix de l’équipe insaisissable au terme du premier quart de la saison revient probablement aux Titans. Des victoires impressionnantes face aux Jaguars et Eagles ont été accompagnées de décevants revers face aux Bills et Dolphins. Le travail défensif louable est trop souvent saboté.

13. Ravens de Baltimore (3-2)

Semaine dernière : 11 (-2)

La défensive des Ravens est demeurée égale à elle-même, mais l’offensive a poursuivi dans sa houle de hauts et de bas. Malgré tout le bien qui est dit du nouveau groupe de receveurs, Michael Crabtree a échappé trois passes, dont une dans la zone des buts en fin de match.

14. Packers de Green Bay (2-2-1)

Semaine dernière : 6 (-8)

Ma mémoire sélective me joue des tours quand vient le temps de retenir les exploits et ratés des botteurs à travers les âges, mais il ne m’a possiblement jamais été donné de voir une performance aussi désastreuse que les quatre placements et un converti ratés de Mason Crosby. Déprimant!

15. Eagles de Philadelphie (2-3)

Semaine dernière : 12 (-3)

Depuis son retour au jeu tant attendu, Carson Wentz montre un dossier de 1-2 et l’attaque inscrit en moyenne 21,3 points par match. Il était à prévoir que la remise en forme ne se ferait pas sans heurt. La saison du porteur Jay Ajayi est terminée. Un grand coup est-il dans les plans pour le remplacer?

16. Dolphins de Miami (3-2)

Semaine dernière : 13 (-3)

Lors des deux dernières semaines, les Dolphins se sont écroulés en marquant seulement 24 points contre 65. Le quart-arrière Ryan Tannehill semble perdu. L’attaque au sol s’échoue au 30e rang. La fiche de 3-0 du début de saison a soudainement l’air d’une vulgaire publicité trompeuse.

17. Browns de Cleveland (2-2-1)

Semaine dernière : 26 (+9)

Les Browns ont produit 15 revirements à ce jour cette saison. Il s’agit d’une prodigieuse amélioration pour une défensive qui en a généré seulement 13 durant toute la saison dernière, soit le plus bas total dans la ligue! Le demi de coin recrue Denzel Ward revendique déjà trois interceptions.

18. Lions de Detroit (2-3)

Semaine dernière : 23 (+5)

Voilà un autre club mystérieux qui a battu des prétendants comme les Packers et Patriots, mais qui a plié contre des clubs de deuxième ordre comme les Jets, 49ers et Cowboys. Depuis trois semaines, les Lions jouent généralement bien et leur force de frappe impose de les respecter.

19. Texans de Houston (2-3)

Semaine dernière : 24 (+5)

Affirmer que Deshaun Watson se fait souvent frapper serait l’euphémisme du siècle. La défensive des Cowboys l’a frappé à 10 reprises et c’est plus une tendance qu’une anomalie. En cinq matchs, le quart-arrière a été frappé pas moins de 54 fois. Pas bon pour son espérance de vie.

20. Buccaneers de Tampa Bay (2-2)

Semaine dernière : 20 (=)

Voyons voir si les Buccaneers auront profité de leur semaine de congé pour retrouver leur ère d’aller du début de saison, plutôt que leur jeu catastrophique des deux derniers matchs. Contre la défensive généreuse des Falcons, Jameis Winston devra vite allumer les troupes.

21. Redskins de Washington (2-2)

Semaine dernière : 19 (-2)

Acquis à fort prix et avec beaucoup de fracas en 2016, le demi de coin Josh Norman ne semble déjà plus au sommet de son art, lui qui a même été confiné au banc face aux Saints après avoir été brûlé pour deux touchés. À l’attaque, Adrian Peterson est (encore) incommodé par une autre blessure.

22. Seahawks de Seattle (2-3)

Semaine dernière : 21 (-1)

Les Seahawks ont fourni un vaillant effort face aux puissants Rams, mais la défensive ne pouvait logiquement tenir le coup. Dire qu’il n’y a pas si longtemps, les duels entre ces deux rivaux de division se terminaient à bas pointage. Dimanche, ils ont échangé 834 verges et 49 premiers jeux.

23. Falcons d’Atlanta (1-4)

Semaine dernière : 17 (-6)

La défensive des Falcons n’en est plus une. Pour se sortir de leur profond trou à 1-4, c’est donc dire que les Falcons devront marquer au moins 30 points par match à toutes les semaines. On ne gagne pas de championnat en septembre et octobre, mais la pente à remonter est abrupte.

24. Broncos de Denver (2-3)

Semaine dernière : 18 (-6)

Les Broncos s’autodétruisent. Face aux Jets, dotés de la 29e offensive avant la rencontre, ils ont concédé plus de 500 verges. Si la saison se poursuit de la sorte, Vance Joseph pourrait fort bien devenir le premier entraîneur-chef à pointer au chômage. Les temps sont durs à Denver.

25. Cowboys de Dallas (2-3)

Semaine dernière : 22 (-3)

Pour une rare fois, le propriétaire, directeur général et empereur Jerry Jones a ouvertement critiqué son entraîneur-chef Jason Garrett pour son manque d’agressivité en prolongation face aux Texans. En voilà un autre qui sera probablement le plus surpris de se rendre en janvier.

26. Bills de Buffalo (2-3)

Semaine dernière : 30 (+4)

Personne ne pourra reprocher aux Bills d’avoir lancé la serviette tôt dans la saison, même si ça sautait aux yeux qu’il s’agissait d’une année de transition. Avec les Titans et Vikings à leur tableau de chasse, ils revendiqueront au moins l’honneur d’être les casse-pieds par excellence.

27. Jets de New York (2-3)

Semaine dernière : 31 (+4)

Les Jets ont repris leurs airs de la semaine 1 avec une explosion offensive explosive. Sam Darnold, malgré une journée en dents de scie (10 en 22), a connecté avec Robby Anderson sur de longs touchés et Isaiah Crowell s’est offert de longues courses. Il faut maintenant répéter.

28. Colts d’Indianapolis (1-4)

Semaine dernière : 27 (-1)

Les Colts ont encore une fois tombé, mais ils se sont quand même tenus debout face aux Patriots malgré l’absence de leurs deux bloqueurs partants, du receveur TY Hilton et du productif secondeur recrue Darius Leonard. Il y a des défaites plus gênantes que d’autres. Pas celle-là.

29. Giants de New York (1-4)

Semaine dernière : 28 (-1)

Les Giants ont inscrit plus de 30 points pour la première fois depuis le dernier match de la saison 2015. Ça faisait un bail! Leur prestation défensive demeure toutefois toujours aussi morbide. L’attaque ne peut non plus se bomber le torse avec trois autres revirements.

30. Cardinals de l’Arizona (1-4)

Semaine dernière : 32 (+2)

Enfin une victoire! Mais ce n’est pas grâce à l’attaque, qui n’a eu possession du ballon que durant 19 min 49 s face aux 49ers! Seulement 10 premiers jeux ont été gagnés. Par chance, la défensive, en forçant cinq revirements, a sauvé la mise. La saison sera longue pour le jeune quart Josh Rosen.

31. 49ers de San Francisco (1-4)

Semaine dernière : 29 (-2)

Les attentes à l’endroit des 49ers avec Jimmy Gaoppolo étaient définitivement irréalistes. Maintenant qu’il n’est plus là, c’est la débandade totale. L’offensive joue avec nonchalance et protège mal le ballon. La défensive se tient debout, mais est vite surtaxée.

32. Raiders d’Oakland (1-4)

Semaine dernière : 25 (-7)

Imaginez s’il s’agit de la dernière saison des Raiders à Oakland avant le déménagement vers Las Vegas... On ne sait pas encore quel sort attend l’équipe l’an prochain, mais ce serait d’une tristesse inouïe qu’elle quitte ses loyaux partisans avec un si mauvais souvenir.