/news/education
Navigation

Un parcours scolaire individualisé pour les élèves doués

Marc Dallaire, Directeur général
Photo Pascal Huot Marc Dallaire, Directeur général

Coup d'oeil sur cet article

Le Collège François-de-Laval veut mettre en place l’an prochain un parcours scolaire individualisé pour les élèves doués, une première dans la région de Québec.

Le directeur général de cette école privée du Vieux-Québec, longtemps connue sous le nom de Petit Séminaire, travaille sur ce projet depuis déjà un an.

L’objectif est de créer un profil pour les élèves « à haut potentiel » qui ont des besoins bien particuliers, afin d’éviter qu’ils ne s’ennuient sur les bancs de l’école, explique Marc Dallaire. « On veut aider ces jeunes qui ne trouvent pas leur place habituellement », lance-t-il.

Parcours individualisé

Plutôt que de les regrouper dans une même classe, M. Dallaire veut au contraire leur permettre de suivre un parcours individualisé.

Éventuellement, une trentaine d’élèves de la première à la cinquième secondaire pourraient être intéressés par ce profil, avance le directeur général.

Les élèves qui auront en main un diagnostic de douance pourront être exemptés d’examens et avoir un horaire allégé, selon leur niveau dans chaque matière.

Plutôt que de perdre leur temps en classe, ils pourront travailler sur des projets personnels, accompagnés par du personnel scolaire.

Le Collège dispose déjà d’un centre de production multimédia et d’un « incubateur de projets scientifiques », qui pourront être mis à la disposition de ces élèves, fait valoir M. Dallaire.

Fonds de 200 000 $

L’établissement a par ailleurs annoncé mardi la création d’un fonds de 200 000 $ qui servira à financer des projets pédagogiques innovateurs, dans lequel les enseignants pourront puiser.

Ce fonds pourrait servir à soutenir des élèves qui souhaitent réaliser différents projets qui vont bien au-delà de la matière vue en classe, explique M. Dallaire.

Mieux répondre aux besoins des élèves doués est aussi une préoccupation de la Fédération des établissements d’enseignement privés. Un de ses comités travaille à documenter les meilleures pratiques à ce chapitre, afin que les écoles soient davantage outillées pour faire évoluer ces élèves à leur propre rythme.

Au Québec, plus de 20 000 jeunes seraient considérés comme doués.