/entertainment/shows
Navigation

Combattre les préjugés

Laurence Jalbert
Photo courtoisie, photograph-i.com Laurence Jalbert présente, ce soir, à l’Impérial Bell, un spectacle-bénéfice pour la Maison de Job. Michel Russell se produira en première partie.

Coup d'oeil sur cet article

Laurence Jalbert a vu des gens sombrer dans les dépendances. L’auteure, compositrice et interprète n’a pas hésité une seule seconde lorsque la Maison de Job l’a approchée pour un concert-bénéfice qui sera présenté jeudi soir à l’Impérial Bell, dès 19 h 30.

« J’ai vu du monde tomber et perdre leurs vies. C’est quelque chose qui peut arriver à tout le monde », a-t-elle laissé tomber, lors d’un entretien.

À Québec depuis 1985, la Maison de Job offre de l’aide et du soutien aux personnes démunies qui sont aux prises avec des problèmes de dépendance.

Laurence Jalbert précise qu’il existe encore beaucoup de préjugés entourant les gens qui sont touchés par les diverses formes de dépendances.

« J’ai fait 15 ans de musique dans les bars à la dure avant de sortir mon premier album. J’ai vu et vécu ça. J’étais pauvre comme Job et c’est quelque chose qui aurait pu m’arriver. Qu’est-ce qui m’a épargné de ça ? Je ne le sais pas et je n’en ai aucune idée. Ça aurait pu m’arriver et c’est pour ça que je ne juge pas. Je n’ai aucun préjugé là-dessus », a-t-elle laissé tomber.

De l’aide concrète

L’auteure, compositrice et interprète raconte avoir connu un policier qui était dépendant au jeu et qui a tout perdu.

« Personne n’est à l’abri et c’est pour ça que c’est important de véhiculer des messages d’espoir. De l’aide, il y en a et ça existe. Les bras et les portes sont ouverts, mais ces organismes ont besoin de sous pour continuer leur mission. La Maison de Job, c’est de l’aide concrète. Les sous qui sont et seront amassés vont au bon endroit et à la bonne place », a-t-elle fait savoir.