/sports/fighting
Navigation

Des chemins différents pour ESPN et DAZN

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Depuis quelques mois, on assiste à un virage important dans le monde de la boxe avec l’arrivée du site en diffusion continue DAZN et le retour en force de la chaîne américaine ESPN. Même si les deux plateformes ont des objectifs similaires, la route pour y parvenir est différente.

La semaine dernière à Chicago, Eddie Hearn et son site DAZN ont présenté leur premier gala en sol américain. Pour livrer les meilleurs combats à ses abonnés, le promoteur britannique tente de mettre la main sur le plus grand nombre de boxeurs reconnus sur la scène internationale. Une méthode qui a des points en commun avec celle utilisée par Al Haymon et PBC il y a quelques années.

De leur côté, ESPN, en collaboration avec Top Rank, a une approche différente.

Chaînes spécialisées

« Durant les 40 dernières années, on misait sur les chaînes généralistes pour diffuser nos combats, a indiqué le patron de Top Rank, Todd DuBoef. Puis, on s’est rendu compte qu’on devait repositionner notre sport et le montrer au plus grand nombre de personnes possibles sur les chaînes spécialisées.

« Aujourd’hui, tu dois être présent sur ce type de chaîne pour avoir une visibilité intéressante. Dans le passé, Al Haymon a tenté de relancer la boxe en achetant du temps d’antenne sur plusieurs chaînes, mais ce n’était pas la bonne stratégie. »

Pour ce faire, Top Rank a évité d’enrôler des boxeurs en quantité industrielle comme l’avait fait PBC à ses premiers pas. Bob Arum et ses acolytes ont plutôt décidé de mettre la main sur les droits pour des combats d’envergure.

On en a été témoin lors du Championnat du monde IBF entre Artur Beterbiev et Enrico Koelling. Même s’ils n’avaient aucun lien d’affaires avec les deux boxeurs, le groupe américain de promotion avait participé et remporté l’appel d’offres pour ce duel.

Synergie avec les autres sports

Le réseau ESPN essaye également d’attirer des téléspectateurs avec l’aide d’autres sports.

« On tente de créer une sorte de synergie entre la boxe et les autres disciplines, a indiqué DuBoef. Par exemple, le 13 octobre prochain, il y a le match de football de la NCAA entre Alabama et Missouri avant le combat de Buddy Crawford.

« Nous croyons que plusieurs amateurs de football demeureront devant leurs écrans pour regarder la boxe par la suite. Depuis le début de notre entente, les cotes d’écoute sont bonnes. Elles sont meilleures que nous l’avions prévu au départ. »