/sports/hockey/canadiens
Navigation

Un défi de grande taille

Les Kings représentent l’une des formations les plus costaudes du circuit

Après avoir passé cinq années dans la Ligue continentale russe, Ilya Kovalchuk est de retour dans la Ligue nationale avec les Kings de Los Angeles. Il totalise trois points en autant de matchs jusqu’à présent.
Photo AFP Après avoir passé cinq années dans la Ligue continentale russe, Ilya Kovalchuk est de retour dans la Ligue nationale avec les Kings de Los Angeles. Il totalise trois points en autant de matchs jusqu’à présent.

Coup d'oeil sur cet article

On fait grand cas du nouveau style de jeu du Canadien, qui lui a permis d’offrir des performances surprenantes face aux puissances que représentent les Maple Leafs et les Penguins. Mais il y a encore certains sceptiques dans la salle.

Jeudi soir, le Tricolore recevra les Kings. Une formation qui a comme seul point commun avec les deux premiers adversaires du Canadien sa ligne de centre bien nantie.

Contrairement aux jeunes Leafs et aux expérimentés Penguins, contre qui le jeu est ouvert et axé sur la vitesse, les Kings représentent l’une des formations les plus costaudes du circuit Bettman.

Un seul des patineurs de cette formation mesure moins de six pieds : Jaret Anderson-Dolan, une recrue de 19 ans qui fut un choix de deuxième tour des Kings en 2017. À titre comparatif, neuf joueurs du Canadien mesurent moins de six pieds.

L’espace en zone neutre, là où les rapides patineurs montréalais ont su prendre leur envol à Toronto et à Pittsburgh, risque d’être beaucoup plus restreint.

« Notre style ne changera pas de la saison. On adaptera certaines petites choses selon que l’adversaire est plus gros ou plus rapide. Mais c’est à lui de s’ajuster à nous et non l’inverse », a d’abord indiqué Claude Julien mercredi.

Bouger rapidement

À juste titre, l’entraîneur du Canadien a rappelé que les Kings avaient accordé 39 tirs aux Jets, mardi soir, mais que la plupart de ceux-ci avaient été décochés en périphérie.

« C’est une équipe très avare. On sait qu’il faudra travailler fort pour entrer à l’intérieur de cette grosse équipe-là. Mais avec notre vitesse et notre détermination, on devrait y arriver », a mentionné Julien.

Plus que jamais, le contrôle de la rondelle sera primordial. D’abord pour éviter d’avoir à lutter le long des rampes pour la récupérer, mais également pour forcer la défense californienne à se compromettre.

« Le mot d’ordre, c’est donc de la bouger rapidement. La première option demeure toujours la meilleure. Il ne faudra pas hésiter et relancer l’attaque le plus rapidement possible », a insisté Charles Hudon.

Grosse commande pour Danault

Pour la troisième fois en trois rencontres, les joueurs de centre du Canadien auront du pain sur la planche. Après Auston Matthews et John Tavares, de même que Sidney Crosby et Evgeni Malkin, ils devront tenter de contrer les ardeurs d’Anze Kopitar et Jeff Carter.

« Kopitar est un solide joueur dans les deux sens de la patinoire. Il possède beaucoup d’habiletés. Ça s’annonce un bon défi. Je l’accepte avec plaisir et j’ai hâte de l’affronter », a déclaré Phillip Danault.

Du haut de leurs 6 pieds et 3 pouces chacun, Kopitar et Carter ne sont pas du genre à se laisser tasser facilement.

« C’est certain que ce sera plus serré dans la zone neutre et en territoire défensif, a convenu Danault. Mais le niveau de compétition doit être aussi élevé. Le fait de se surpasser, c’est ce qui fait qu’on est aussi bons depuis le début de la saison. »

Kovalchuk, le métronome

Les Kings, c’est aussi Ilya Kovalchuk, rentré de Russie après cinq ans dans la KHL. Il a repris le rythme d’un point par match qu’il avait maintenu avant de retourner dans son pays natal.

Ses trois points en autant de matchs lui permettent d’afficher un dossier de 819 points (418 buts, 401 passes) en 819 matchs.

Au moins, le Tricolore n’aura pas Jonathan Quick dans les pattes. Le gardien américain a subi une blessure au bas du corps lors d’un entraînement, samedi.

L’an dernier, dans ses deux affrontements contre le Canadien, il avait fait face à un total de 77 tirs. Il n’avait accordé qu’un seul but.