/news/society
Navigation

Inauguré il y a moins de cinq ans: du béton fissuré à l'Amphithéâtre Cogeco

Amphithéâtre Cogeco Trois-Rivières
Photo d'arhives, Stéphanie Pratte

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES – On pourrait parler d'une usure prématurée: la Ville de Trois-Rivières devra intervenir pour réparer du béton fissuré dans la partie en porte à faux de l'Amphithéâtre Cogeco.

La construction de cet imposant ouvrage n'a pas encore cinq ans. Des fragments de béton ont d'ailleurs dû être intentionnellement retirés pour éviter que quelqu'un ne soit blessé sur la promenade située immédiatement en dessous de la structure.

«Au printemps, on va réparer le tout. On va refaire le béton de surface», a indiqué le porte-parole de la Ville Yvan Toutant.

Pendant ce temps, la saga des pare-intempéries franchit une autre étape. On a entrepris d'installer les parois de verre rougeâtre qui n'avaient pu l'être, faute de temps avant la dernière saison des spectacles.

Une fois cela fait, il restera à régler la délicate question de l'acoustique. Il avait fallu à la hâte s'en remettre à des panneaux acoustiques temporaires afin d'assurer une qualité sonore au niveau recherché, l'été dernier.

L'architecte de l'amphithéâtre, Paul Laurendeau, ne se tient pas responsable de ces problèmes puisqu'il avait confié la mise au point des caractéristiques sonores à des spécialistes. «L'acousticien (dont il avait retenu les services) est le même qui est embauché par la Ville de Trois-Rivières pour l'acoustique générale de l'amphithéâtre qui ne pose absolument aucun problème. Donc, c'est quelqu'un qui connait bien le bâtiment. Les pare-intempéries sont exceptionnels et aussi il y a parfois des choses qui sont difficiles à simuler. Donc, il y a des ajustements qui sont à faire», a dit l'architecte.

La Ville refuse pour sa part de payer pour les coûts additionnels des mesures temporaires et permanentes. Ils atteignent déjà les 350 000 $.

«Nous avons mandaté une avocate pour nous représenter pour, justement, aller récupérer les argents que nous considérons comme nous étant dus», a indiqué le porte-parole de la Ville.