/sports/others
Navigation

Participation record au Marathon de Québec

Plus de 1550 coureurs attendus dans les rues de la ville

Le maire Régis Labeaume et la vice-présidente de Gestev, Chantal Lachance, ont promis de faire éventuellement du Marathon SSQ de Québec « l’un des plus courus en Amérique du Nord, et même dans le monde ».
Photo Stevens Leblanc Le maire Régis Labeaume et la vice-présidente de Gestev, Chantal Lachance, ont promis de faire éventuellement du Marathon SSQ de Québec « l’un des plus courus en Amérique du Nord, et même dans le monde ».

Coup d'oeil sur cet article

En ramenant la totalité de son parcours dans la ville et en repoussant l’événement à la mi-octobre, l’organisation du Marathon SSQ de Québec savait qu’elle jouait gros. Le nombre record d’au-delà de 1550 participants à l’épreuve phare confirme sans équivoque que le virage a été bien accueilli.

Le nombre de coureurs inscrits à chacune des quatre dernières éditions était à la baisse, selon Chantal Lachance, vice-présidente de Gestev, qui produit l’événement pour Je Cours Qc. Or, les changements apportés à l’édition actuelle ont entraîné une augmentation de 30 % de la participation par rapport à 2017.

« Ça vient nous dire qu’on a fait les bons choix. Nous nous sentons privilégiés. Quel beau message que nous lancent les participants ! » s’est-elle réjouie, jeudi, en conférence de presse.

Au total, en y ajoutant les autres courses (21,1, 10 et 2 km), pas moins de 9000 participants représentant huit provinces et 20 pays seront de la ligne de départ.

Parcours « carte postale »

Tel qu’annoncé il y a plusieurs mois, le virage « 100 % Québec » du marathon vise à faire de l’événement de course à pied une carte postale pour la ville. Le parcours amènera donc les coureurs par huit quartiers avec 448 m de montée et 434 m de descente.

Un tel parcours, pleinement assumé, ne réjouira probablement pas une certaine part de l’élite de la course à la conquête de chronos records sur des tracés plus linéaires, mais Gestev a pris le pari d’assumer pleinement sa volonté. « Le parcours carte postale, c’est une appellation qui nous va à merveille », a-t-elle souri.

« C’était en connaissance de cause qu’on a fait ce choix. On a des gens de l’élite de la course à pied sur notre comité organisateur, et tout le monde semble d’accord sur le fait que c’est le parcours optimal pour tous les groupes concernés.

On doit être rendus à la version 93.7 de notre parcours et on est convaincus que c’est la meilleure version, après avoir écouté tous les intervenants impliqués. Les gens qui l’ont fait nous assurent que c’est un parcours qui est tout sauf monotone, avec plusieurs changements d’ambiance », a-t-elle ajouté.

Le maire confiant

Présent jeudi, le maire Régis Labeaume n’a pas caché que l’organisation s’attaquait à tout un défi en concentrant le parcours de 42,2 km exclusivement à Québec.

Selon lui, tout est en place pour que les résidents du centre-ville et des environs soient bien renseignés, notamment sur les conséquences sur le réseau routier.

« On est conscient qu’on étend l’événement partout dans la ville, où pour des dizaines de milliers de gens c’est dimanche, et ils ont des choses à faire.

On invite la population à collaborer en allant consulter le site de la ville ou en composant le 311. Si vous râlez lundi matin, vous êtes mieux d’avoir de bonnes raisons parce qu’on a tout fait », a-t-il prévenu.