/sports/football/rougeetor
Navigation

Pas question de lever le pied

Le Rouge et Or pourrait signer la sixième saison parfaite de son histoire

Pas question de lever le pied
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Toujours invaincu, avec deux parties à jouer au calendrier régulier, le Rouge et Or de l’Université Laval pourrait signer la sixième saison parfaite de son histoire s’il disposait de McGill et de Sherbrooke.

Le Rouge et Or n’a pas connu les affres de la défaite en 2000, 2005, 2007, 2010 et 2013. Il tentera de remporter une 7e victoire, samedi, en visitant les Redmen de McGill (1-4).

« On ne parle pas de ça, a résumé l’entraîneur-chef Glen Constantin, dont la troupe est assurée de terminer au premier rang. Ça ne donne rien de terminer avec une fiche de 8-0 en saison si tu ne termines pas avec un dossier de 12-0 à la fin de l’année. Ça serait une source de fierté, mais on vit le moment présent et le processus, et non la finalité.

« Le mot d’ordre est de continuer de progresser et de peaufiner nos systèmes dans un climat moins stressant que la semaine dernière avant le match contre Montréal, de poursuivre le pilote lavallois. On ne doit pas échapper le match, on doit jouer avec la même ardeur et selon nos standards dans le respect de nos adversaires, et permettre aux plus jeunes de prendre de l’expérience tout en offrant un repos aux plus vieux. »

Redmen maîtres de leur destinée

Même s’ils ont conservé le bris d’égalité dans l’éventualité où les deux équipes termineraient nez à nez, les Redmen ont perdu un gros match, vendredi dernier, face au Vert & Or de l’Université de Sherbrooke, s’inclinant par la marque de 14-13.

« On connaissait l’enjeu de ce match, mais il nous reste trois parties et nous avons l’avantage dans le différentiel des points pour et contre entre les deux équipes, a souligné l’entraîneur-chef des Redmen Ronald Hilaire. Nous sommes encore maîtres de notre destinée et nous sommes en mode des séries éliminatoires à partir de maintenant. »

L’offensive des Redmen a peiné. « McGill a une bonne défensive, mais elle a passé beaucoup de temps sur le terrain, a souligné Constantin. L’offensive a obtenu moins de 50 jeux. McGill misait sur quatre recrues comme partants sur la ligne offensive et Sherbrooke a un bon front défensif. »

Jeu au sol anémique

Les Redmen n’ont couru avec le ballon que 14 fois dans la défaite face aux Renards pour des gains de 22 verges.

« La blessure de notre porteur Daniel Adesegun en début de match a changé les choses, a expliqué Hilaire. On ne sait pas s’il pourra affronter le Rouge et Or. On doit retrouver un certain équilibre. Quant à nos jeunes joueurs de ligne, ils progressent à chaque semaine et on veut les placer dans de bonnes situations. Nous avons échappé neuf ou dix passes lors du dernier match. On exécute bien trois quarts du jeu, mais on manque de finition. »

 

Un premier sac du quart qui tombe à point

Marc-Antoine Bellefroid a profité du passage des Carabins de Montréal au PEPS, la semaine dernière, pour réussir son premier sac du quart de la saison.
Photo Agence QMI, Simon Clark
Marc-Antoine Bellefroid a profité du passage des Carabins de Montréal au PEPS, la semaine dernière, pour réussir son premier sac du quart de la saison.

Marc-Antoine Bellefroid a obtenu son premier sac de la saison lors du dernier match face aux Carabins de l’Université de Montréal.

« Il était temps, a souligné l’ailier défensif du Rouge et Or de l’Université Laval avec le sourire. J’avais hâte de le réussir et je suis content. Mathieu [Betts] est tout un joueur et on aurait eu seulement besoin de lui tellement il a été dominant avec quatre sacs, mais il doit y avoir une bonne contribution ailleurs sur la ligne défensive. Si on ne contribue pas, nos adversaires vont surveiller encore plus Mathieu. »

Avec le départ d’Edward Godin pour la LCF, Bellefroid visait le poste de partant. Il a atteint son objectif puisqu’il a été partant à toutes les parties sauf le match d’ouverture local contre les Stingers de Concordia où il soignait une blessure. « Mission accomplie. Ça va de mieux en mieux. Je suis plus à l’aise et les jeux rentrent plus naturellement. »

Regain de vie

Glen Constantin a aussi remarqué une progression dans le jeu du produit des Géants de Saint-Jean-sur-le-Richelieu. « Derrière Mathieu et Ed, Marc-Antoine était notre troisième ailier à ses deux premières saisons et je suis content qu’il ait l’opportunité de mériter un poste de partant, a mentionné l’entraîneur-chef et responsable de la ligne défensive. Il a eu un regain de vie depuis la semaine de relâche. Il est plus productif. Quand il est arrivé du collégial, il était magané physiquement avec différentes blessures. En jouant uniquement comme ailier en raison de sa blessure à un coude, ça l’aide et il est plus frais quand il embarque en défensive. »

Le demi de coin Frédéric Gagnon a pris la relève comme spécialiste des longues remises dès le deuxième match de la saison.

« C’est plus facile de se concentrer sur une seule chose lors de la semaine de préparation. Fred fait super bien. J’ai prévenu Mathieu [Bertrand] que je serais là s’il avait besoin de moi. »