/news/transports
Navigation

Québec prolonge de nouveau le projet pilote d’Uber

Coup d'oeil sur cet article

Québec prolonge à nouveau le projet-pilote d’Uber pour une année supplémentaire.

Le 21 octobre 2016, la Commission des transports du Québec avait rendu une décision confirmant la délivrance du permis d’intermédiaire en services de transport par taxi à Uber. Ce premier permis d’un an, valide jusqu’au 14 octobre 2017, avait été renouvelé une première fois en septembre 2017 et venait à échéance très bientôt.

Le permis aurait toutefois été échu avant la nomination du nouveau conseil des ministres de François Legault le 18 octobre prochain. Le gouvernement voulait ainsi éviter une période de zone grise.

Mêmes conditions

Le ministre des Transports sortant, André Fortin, a donc signé jeudi, à la demande du bureau du premier ministre désigné Legault, un arrêté ministériel qui prolonge le projet pilote d’un an sous les mêmes conditions. Une source interne, autant au PLQ qu’à la CAQ, a confirmé cette décision. Le ministère devrait en faire l’annonce vendredi.

« C’est surprenant parce que selon notre compréhension de la loi, le projet pilote avait atteint ses limites. Nous allons attendre de voir l’arrêté », a commenté Abdallah Homsy, du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec.

Uber doit fournir une formation de 35 heures par semaine. De plus, les autorités policières fouillent dorénavant le passé des chauffeurs de la multinationale.

Compensation

Au mois d’août, juste avant la campagne électorale, le ministère des Finances a dévoilé de quelle façon les propriétaires de taxi pourront se partager l’enveloppe d’aide annoncée en mars dernier.

Les propriétaires de taxi pourront recevoir une compensation allant jusqu’à 46 700 $ pour la perte de valeur de leur permis. Lors du dernier budget, le gouvernement avait annoncé qu’une aide de 250 millions de dollars serait éventuellement versée aux propriétaires de taxi, dont l’industrie a subi de grandes turbulences notamment avec l’arrivée d’Uber.