/news/transports
Navigation

Automobilistes, vous êtes surveillés sur le chantier routier de l'autoroute Henri-IV

Près d’une vingtaine de contraventions remises par la SQ vendredi

Les policiers de la Sûreté du Québec surveillaient le chantier routier sur l’autoroute Henri-IV vendredi matin.
Photo Arnaud Koenig-Soutière Les policiers de la Sûreté du Québec surveillaient le chantier routier sur l’autoroute Henri-IV vendredi matin.

Coup d'oeil sur cet article

Les patrouilleurs de la Sûreté du Québec (SQ) avaient à l’œil le chantier routier sur l’autoroute Henri-IV, vendredi matin, alors qu’ils ont distribué près d’une vingtaine de contraventions pour des excès de vitesse et pour l’emprunt d’une voie réservée aux autobus du Réseau de transport de la Capitale (RTC).

L’opération s’est déroulée de 7 h 30 à 10 h, alors que les policiers ont d’abord été postés près de la sortie pour le boulevard Chauveau sur l’heure de pointe matinale. Leur déploiement visait surtout à surveiller la voie d’accotement, où la circulation est permise exclusivement aux autobus du RTC depuis quelques semaines pour la durée des travaux sur Henri-IV, qui devraient s’échelonner sur les cinq prochaines années.

Au total, quatre automobilistes se sont fait surprendre à circuler dans ladite voie réservée. Même le conducteur d’un autobus scolaire n’a pu se soustraire à la signalisation appliquée scrupuleusement par les agents, ce qui lui a valu une contravention de 169 $.

« Il y a de la surveillance qui se fait plus souvent qu’on le pense, affirme le président du RTC Rémy Normand, qui était sur place pour l’opération menée conjointement avec la SQ et le ministère des Transports (MTQ). On ne peut pas permettre à n’importe qui d’utiliser l’accotement. »

25 autobus

Chaque matin, environ 25 autobus empruntent le tronçon surveillé par les policiers vendredi, ce qui correspond à « environ 750 véhicules de moins sur la route », selon Rémy Normand.

L’emprunt de la voie de service par les autobus du RTC se fera « été comme hiver, essentiellement sur l’heure de pointe du matin » pour la durée des travaux, indique M. Normand. L’autorisation pourrait se prolonger au-delà de cette période si le RTC le souhaite, a laissé entendre le porte-parole du MTQ Guillaume Paradis. Le président du RTC n’a pas fermé la porte à une telle avenue, mais a pointé la voie réservée sur l’autoroute Robert-Bourassa comme artère à privilégier.

Sécurité et portefeuille

Une opération cinémomètre se déroulait au même moment, quelques kilomètres plus loin, en direction nord, tout juste avant la sortie pour le boulevard Wilfrid-Hamel. Les patrouilleurs à moto ont été plus occupés de ce côté, où la zone de 90 km/h chute à 80 km/h en raison de la zone de travaux, en distribuant 14 contraventions.

Les agents ne tenaient en place que quelques secondes avant de se lancer à la poursuite des conducteurs fautifs. « Les amendes sont doublées en zone de chantier. Si les gens ne s’intéressent pas à la sécurité, ils vont s’intéresser à leur portefeuille », suppose Guillaume Paradis, porte-parole au ministère des Transports, qui prenait aussi part à l’opération.