/news/transports
Navigation

Des bâtiments tombent

Trois édifices seront démolis pour les besoins du futur réseau structurant

Le bâtiment de la Croix-Rouge qui sera détruit dans les prochaines semaines pour réaliser le pôle d’échanges de Saint-Roch.
Photo Jean-François Desgagnés Le bâtiment de la Croix-Rouge qui sera détruit dans les prochaines semaines pour réaliser le pôle d’échanges de Saint-Roch.

Coup d'oeil sur cet article

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) procédera cet hiver à la démolition de trois bâtiments, dans Saint-Roch et dans Charlesbourg, pour permettre la réalisation du réseau de transport structurant.

C’est ce qu’on peut lire dans un appel d’offres publié ces derniers jours. Acquis il y a un an par le RTC au coût de 2,3 millions $, le 325, rue de la Croix-Rouge, dans Saint-Roch, sera ainsi démoli.

Les travaux, qui débuteront entre le 1er décembre 2018 et le 7 janvier 2019, « doivent se terminer avant le 15 mars 2019 », lit-on dans l’appel d’offres.

Ce terrain de 2500 mètres carrés jouxte deux autres terrains (ayant jadis appartenu au gouvernement fédéral) de 10 000 mètres carrés que le RTC possède dans le secteur.

L’ensemble des terrains deviendra ultimement un des quatre pôles d’échanges du réseau de tramway-trambus.

Une partie de cet espace permettra également la reconfiguration des accès routiers avec la perspective de transformer une partie de l’autoroute Laurentienne en boulevard urbain.

« Il faudra refaire complètement la circulation dans ce secteur-là, a rappelé Rémy Normand, président du RTC, au Journal. Une autoroute qui entre à 70 km/heure en pleine ville, ce n’est pas l’idéal. »

Une des particularités de ce chantier est que la Ville a découvert, l’an dernier, l’existence de « sépultures témoignant de l’usage du site comme cimetière. [Ces sépultures] ont été localisées et remblayées », lit-on.

Une autorisation du ministère de la Culture a été nécessaire pour pouvoir effectuer les travaux de démolition, a fait savoir M. Normand. Un « archéologue surveillant » sera désigné pour effectuer « une surveillance archéologique des travaux d’excavation ». La découverte macabre ne devrait pas retarder l’exécution des travaux, a néanmoins assuré le président du RTC.

Stationnement incitatif

Dans le même appel d’offres, le RTC sollicite les entreprises pour obtenir le meilleur prix en vue de démolir deux édifices du 9530, rue de la Faune, soit celui de la Quarantaine et des Quartiers d’hiver de l’ancien Jardin zoologique.

La démolition doit commencer autour du 1er décembre et durer un maximum de quatre mois.

Une partie du terrain est déjà utilisée comme stationnement incitatif pour les résidents de la couronne nord de Québec.

Les démolitions permettront d’agrandir et d’aménager ce Parc-O-Bus. M. Normand espère une mise en service vers la fin 2019 ou le début de 2020.

Large fourchette

Les compagnies de démolition ont jusqu’au 23 octobre pour déposer leurs soumissions. Pour obtenir le meilleur prix, le RTC avance une estimation des coûts de démolition extrêmement large : entre 730 000 $ et 5 millions $.

Quel que soit le coût final des démolitions, il fera partie du budget de 3 milliards $ entièrement financé par les deux gouvernements supérieurs en vue de la réalisation du vaste réseau.

 

Des changements

  • La vingtaine d’employés et les bénévoles de la Croix-Rouge vont déménager de leurs locaux de Saint-Roch d’ici le 1er décembre.
  • Ils vont s’installer dans des locaux loués à la Place Iberville Trois, sur le boulevard Laurier, dans Sainte-Foy.
  • L’implantation du réseau de transport structurant permettra à terme d’ajouter 5000 places de stationnement incitatif dans les divers Parc-O-Bus de Québec, dont celui de la Faune.