/sports/hockey/canadiens
Navigation

«On avait l’air rouillé» –Claude Julien

«On avait l’air rouillé» –Claude Julien
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

On l’avait prédit. Face à une formation dont un seul joueur mesure moins de six pieds, le Tricolore n’a pas été en mesure de se faire justice en territoire adverse. Oui, la troupe de Claude Julien a décoché 40 tirs sur Jack Campbell, mais peu d’entre eux ont réellement mené à une occasion de marquer.

« Les Kings ont fait de l’excellent travail autour de leur filet. Ils nous ont gardés à l’extérieur de la zone dangereuse et se sont occupés des retours de lancers », a expliqué l’entraîneur du Canadien.

Pas menaçants en avantage numérique

Lorsque l’espace est restreint, il devient primordial de profiter des attaques massives. Or, le Canadien a été blanchi en quatre occasions. Au cours d’une séquence où l’adversaire a écopé de trois punitions pratiquement coup sur coup, les locaux n’ont décoché que deux tirs au but.

D’ailleurs, le Canadien n’a marqué qu’un seul but en 11 supériorités numériques depuis le début de la campagne. Une statistique que Julien explique par une envie de trop bien faire.

« On doit bouger la rondelle plus rapidement et tirer au but quand c’est le temps de le faire. Il y a des moments, ce soir [jeudi], où les gars tentaient beaucoup trop de forcer les passes transversales. »

situation ambiguë

Il n’y a pas que la performance de ses ouailles au sein de l’attaque massive qui a titillé l’entraîneur. Malgré la tenue serrée des Kings, Julien estime que sa troupe aurait pu faire mieux.

« Nous avions l’air rouillés. Notre exécution n’était pas à point. Je trouve que ça nous a pris un peu de temps à trouver notre rythme », a-t-il indiqué.

Et comble de malheur, lorsque le Canadien a finalement trouvé le moyen de déjouer Campbell, les officiels ont refusé le but sous prétexte qu’Andrew Shaw avait nui à son travail.

« C’est difficile à comprendre. Nous avons récemment reçu une vidéo qui exposait une séquence identique et le but était bon, a raconté Julien. C’est frustrant, parce que la situation est semblable. Le gardien était à l’extérieur de son demi-cercle et en plus, il a échappé la rondelle. »

La situation était effectivement ambiguë. Tellement que la décision a été infirmée deux fois.