/sports/football
Navigation

Place à l’élite de la conférence!

Avec Tyreek Hill, les Chiefs misent sur un missile capable de faire mal autant par le jeu aérien que sur les retours de bottés.
Photo AFP Avec Tyreek Hill, les Chiefs misent sur un missile capable de faire mal autant par le jeu aérien que sur les retours de bottés.

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est qu’un duel de la mi-octobre, diront certains, mais c’est aussi celui qui a tout le potentiel pour soulever les passions en finale de la conférence américaine, à la fin de janvier. Il est beaucoup trop tôt pour sauter aux conclusions, mais n’empêche que des odeurs de séries émanent de l’affrontement entre Chiefs et Patriots, dimanche.

Loin de moi l’idée de lever le nez sur d’autres sérieux prétendants dans la conférence, que les Patriots semblent dominer depuis toujours.

La défensive constitue un facteur clé, et en ce sens, impossible d’ignorer les Jaguars et les Titans dans la division Sud. Dans le Nord, les Steelers ont peut-être amorcé leur réveil, et que dire du superbe départ des Bengals ?

Il n’en demeure pas moins que si le bal éliminatoire débutait tout de suite, les Chiefs et les Patriots seraient les élus de plusieurs parieurs. Le duel à venir sera lourd de conséquences. Si les Patriots l’emportent, ils se rapprochent à un match des Chiefs pour la lutte au sommet du classement de fin de saison dans la conférence, avec un bris d’égalité en main. S’ils s’inclinent, toutefois, il devient fort possible qu’ils doivent se contenter des rangs inférieurs et ainsi d’abandonner l’avantage du terrain.

Des offensives différentes

Les deux équipes misent d’abord et avant tout sur leur offensive, pouvant causer des dégâts, chacune à leur façon.

Chez les Chiefs, l’explosion est à l’honneur avec déjà 30 jeux de 20 verges ou plus. La vitesse des receveurs, à commencer par Tyreek Hill, représente un atout de taille, surtout avec un quart-arrière en Patrick Mahomes qui ne craint rien.

Les Patriots ont-ils la vitesse pour rivaliser à ce niveau ? On en doute fort! Leur tertiaire mise plutôt sur l’expérience et un conditionnement hors pair pour rivaliser. Les Chiefs raffolent des motions et différents mouvements avant de mettre le ballon en jeu, ce qui confond bien des équipes tout en ajoutant à la fatigue adverse.

Les Patriots, offensivement, semblent revenus depuis deux matchs à ce qu’ils font de mieux, malgré leurs différents systèmes au fil du temps. Ils grugent du terrain petit à petit en profitant de chaque ouverture sans chercher le grand coup. Leur tandem de porteurs formé de Sony Michel et James White procure des maux de tête puisqu’ils peuvent se servir du premier pour contrôler l’horloge par la course et du second pour garder la défensive sur les talons avec de courtes passes.

Cette attaque risque de bien faire contre les Chiefs, qui jouent principalement en couverture de zone, stratagème souvent dépecé par Tom Brady.

Forces opposées

Le duel s’annonce captivant également parce qu’il s’avérera le choc de deux forces opposées sur plusieurs plans.

Par exemple, les Patriots sont bons premiers dans la ligue avec un faible taux de 3,35 % de sacs du quart accordés par tentative de passe. Les Chiefs, eux, ont enregistré au moins quatre sacs dans chacun de leurs trois derniers matchs.

La défensive des Patriots, sans être dominante, s’est illustrée au chapitre des interceptions avec une à chaque match. Mais les Chiefs n’en ont commis que deux cette saison.

Et les fameux jeux explosifs de plus de 20 verges que les Chiefs empilent à profusion ? Les Patriots, défensivement, n’en ont concédé que 16 cette saison.

Toute ma tête me dit que cette saison, les Chiefs montrent les signes clairs de l’équipe qui va s’établir comme la classe de la conférence américaine avec une offensive incontrôlable. Mais le football se décide (encore un peu) par la défensive, et celle des Chiefs m’apparaît trop suspecte.

SEMAINE 6

JEUDI

MON CHOIX

  • Philadelphie à NY Giants EAGLES

DIMANCHE

MES CHOIX

  • Tampa Bay à Atlanta (13 h) FALCONS
  • Caroline à Washington (13 h) PANTHERS
  • Seattle à Oakland (Londres) (13 h) SEAHAWKS
  • Indianapolis à NY Jets (13 h) COLTS
  • Arizona au Minnesota (13 h) VIKINGS
  • Pittsburgh à Cincinnati (13 h) BENGALS
  • LA Chargers à Cleveland (13 h) CHARGERS
  • Buffalo à Houston (13 h) TEXANS
  • Chicago à Miami (13 h) BEARS
  • LA Rams à Denver (16 h 05) RAMS
  • Baltimore au Tennessee (16 h 25) TITANS
  • Jacksonville à Dallas (16 h 25) JAGUARS
  • Kansas City en Nouvelle-Angleterre (20 h 20) PATRIOTS

LUNDI

MON CHOIX

San Francisco à Green Bay (20 h 15) PACKERS

*Équipes en congé : Lions et Saints

RÉSULTATS DE LA SEMAINE DERNIÈRE : 11 en 15 (73,3%)

TOTAL CETTE SAISON : 49 en 78 (62,8%)

LES CHOIX DU JOURNAL

  • Buccaneers de Tampa Bay (2-2) vs Falcons d’Atlanta (1-4)

DEUX RIVAUX EN PERDITION

Autant les Falcons que les Buccaneers ne semblent aller nulle part à leurs derniers matchs. La défensive des Falcons vivra des moments difficile face à Jameis Winston. Ce dernier joue toujours bien contre Atlanta, avec 12 passes de touchés et deux interceptions en cinq matchs. Mais en ce moment, il est tout simplement impossible de ne pas favoriser une équipe qui affronte la misérable défensive des Bucs. Julio Jones fera des ravages.

  • Panthers de la Caroline (3-1) vs Redskins de Washington (2-2)

DES RETROUVAILLES

Le vdemi de coin des Redskins, Josh Norman, retrouvera pour une deuxième fois ses anciens coéquipiers des Panthers. Il ne faut toutefois pas s’attendre à l’un de ces duels épiques entre Norman et un ailier espacé adverse, puisque les Panthers attaquent surtout avec leur porteur Christian McAffrey. Le vétéran secondeur Thomas Davis renouera avec ses coéquipiers après sa suspension durant laquelle ses parents sont décédés. De l’émotion en perspective...

  • Seahawks de Seattle (2-3) vs Raiders d’Oakland (1-4)

PREMIER DUEL À LONDRES

Les deux équipes s’affronteront à Londres. Le pilote des Raiders, Jon Gruden, ne se cache pas pour dire que les longs vols d’avion lui donnent le vertige pendant des semaines. Ça part mal! Quoique, à regarder l’état des Raiders, ses vertiges durent depuis qu’il a échangé Khalil Mack. Chez les Seahawks, le talon d’Achille est la médiocre ligne offensive, mais celle-ci pourrait avoir l’air d’une ligne toute étoile face au front moribond des Raiders.

  • Colts d’Indianapolis (1-4) vs Jets de New York (2-3)

TOUT TOURNE AUTOUR DE LUCK

À trois reprises cette saison, Andrew Luck a tenté plus de 50 passes en un match pour les Colts. Il a d’ailleurs tenté 121 passes à ses deux dernières semaines. Tout le monde dans le stade sait que les Colts ne courront pas avec le ballon, mais Luck se débrouille néanmoins pour rendre les siens compétitifs, même sans TY Hilton. Les Jets, avec une excellente attaque au sol, ne peuvent être pris à la légère, mais le match est prenable pour Indy.

  • Cardinals de l’Arizona (1-4) vs Vikings du Minnesota (2-2-1)

DE NOUVEAU BIEN EN SELLE

Les Vikings ont disputé leur meilleur match de la saison au bon moment face aux Eagles et semblent repartis. Si le porteur Davin Cook revient au jeu, il risque de lancer enfin sa saison après un départ difficile, face aux Cardinals qui accordent 142,4 verges au sol par match. Voilà qui faciliterait la vie de Kirk Cousins, qui traine l’offensive sur ses épaules avec ses receveurs Adam Thielen et Stefon Diggs. L’offensive des Cards ne sera pas de calibre.

  • Steelers de Pittsburgh (2-2-1) vs Bengals de Cincinnati (4-1)

COMME À LA MAISON

Le quart des Steelers, Ben Roethlisberger, se sent comme à la maison à Cincinnati, où il a gagné ses cinq derniers départs. Les Steelers revendiquent aussi des victoires dans huit des neuf derniers duels face aux Bengals. Les tigrés sont cependant beaucoup moins dociles en 2018 et leur attaque fonctionne à plein régime, tout comme leur ligne défensive. La testostérone est toujours dans le piton entre ces deux rivaux et des débordements surviennent souvent.

  • Chargers de Los Angeles (3-2) vs Browns de Cleveland (2-2-1)

RIVERS EN FEU

Les exploits de Patrick Mahomes avec les Chiefs portent ombrage au solide début de saison de Philip Rivers avec les Chargers. Le vétéran quart-arrière montre le deuxième plus haut total de la ligue avec 13 passes de touchés. Voilà un défi énorme pour la défensive améliorée des Browns. Ceux-ci sont constamment dans le coup et les observateurs retombent amoureux d’eux. Il est facile d’oublier que les Chargers sont mieux nantis.

  • Bills de Buffalo (2-3) vs Texans de Houston (2-3)

ÉTONNANTS BILLS

Les Bills sont plus coriaces que prévu, tandis que les Texans viennent de sauver la face avec deux victoires en prolongation. Les Bills doivent s’en remettre au jeu au sol puisque le jeune quart Josh Allen pilote une unité classée 30e par la passe. Pas facile, toutefois, de courir face aux Texans (8e). Le quart des Texans, Deshaun Watson, jouera amoché et son receveur étoile DeAndre Hopkins affrontera un demi de coin en fulgurante ascension (Tre’Davious White).

  • Bears de Chicago (3-1) vs Dolphins de Miami (3-2)

PAS DE RELÂCHEMENT PERMIS

Les Bears forment une équipe plutôt jeune, qui goûte à peine à un niveau de succès inespéré. C’est donc exactement le genre de match qui pourrait être pris à la légère par une défensive adulée qui affronte la 30e offensive du circuit. Les Dolphins les attendent à la maison, où ils n’ont pas perdu cette saison. La ligne offensive criblée de blessures trouvera toutefois le temps long et ça n’arrangera pas la vie de Ryan Tannehill.

  • Rams de Los Angeles (5-0) vs Broncos de Denver (2-3)

LES BRONCOS EN IMPLOSION

Rien ne va plus à Denver et les cris pour la tête de l’entraîneur-chef Vance Joseph sont de plus en plus puissants. Pour arranger le tout, la meilleure offensive du circuit, celle des Rams, s’amène en ville. La défensive des Broncos continue de se chercher éperdument, elle qui loge au 30e rang contre la course et au 26e rang au total. La seule chance des Broncos? Courir et posséder le ballon pendant 45 minutes. Sur PlayStation, peut-être. Sur le terrain, non...

  • Ravens de Baltimore (3-2) vs Titans du Tennessee (3-2)

DUEL DE... BOTTEURS?

En ce moment, les deux principales armes offensives des Ravens et Titans sont Justin Tucker et Ryan Succop... Oui, oui, des botteurs! Les Ravens sont quand même capables de plus d’explosion, mais n’ont pas encore affronté une défensive du calibre de celle des Titans, septième pour les verges accordées et troisième pour les points. Autre avantage en faveur des Titans, ils ont gagné 12 de leurs 14 derniers matchs à Nashville. C’est moins convivial que dans les bars country de Broadway.

  • Jaguars de Jacksonville (3-2) vs Cowboys de Dallas (2-3)

LA GROGNE MONTE

Voilà que le propriétaire des Cowboys Jerry Jones recommence à se mêler de ce qui se passe sur le terrain. Il a souvent parlé pour rien par le passé, mais quand les Cowboys pointent au 31e rang en attaque, difficile d’en vouloir au loquace patron de s’exprimer. Il n’y a pas 1000 solutions face aux Jaguars. Si Ezekiel Elliott ne court pas comme un train, les jeux sont faits. Dak Prescott et l’attaque aérienne volent trop bas pour ébranler les Jaguars.

  • Chiefs de Kansas City (5-0) vs Patriots de la Nouvelle-Angleterre (3-2)

LE DUEL DE LA SEMAINE

Ne vous faites pas de plans pour dimanche soir. Quel choc au sommet! Les Chiefs misent sur une attaque redoutable et ont remporté leurs deux derniers duels en saison régulière face aux Patriots de manière convaincante. Leur début de saison phénoménal fait toutefois oublier à quel point leur défensive est suspecte. Le supplice de la goute pratiqué par les Pats offensivement leur fera mal. Ils accordent aussi 5,8 verges par portée.

  • 49ers de San Francisco (1-4) vs Packers de Green Bay (2-2-1)

ÇA URGE POUR LES PACKERS

Si les Packers veulent se maintenir dans la course au sein de leur division, ils ne peuvent se permettre de regarder les Niners de haut. Mais n’empêche, la visite des 49ers est ce qui se rapproche le plus du remède parfait à leurs maux. La défensive de San Francisco n’a toujours pas cédé moins de 24 points à ses rivaux à ce jour. L’attaque a déjà commis 11 revirements. L’attaque au sol, qui constitue la force de l’équipe, sera sans doute privée de Matt Breida.