/news/cannabis
Navigation

Voici la façon de produire du pot légal

Coup d'oeil sur cet article

Que faut-il pour produire assez de cannabis pour être le fournisseur principal de la Société québécoise du cannabis où vous pourrez acheter vos joints dès la semaine prochaine ? Jusqu’à 1,3 million de pi.ca. de superficie de production à Gatineau, 500 employés et des mesures de sécurité dignes de la CIA. Le Journal a visité hier les serres du plus important producteur de cannabis au Québec, Hexo Corp. Dans chaque imposante installation, où employés et visiteurs doivent entrer un à un avec une passe et un code qui leur est spécifique, c’est le branle-bas de combat pour livrer ce qui est promis et permettre à la SQDC d’approvisionner tous ses clients.

– Avec la collaboration de Sarah Bélisle

De la plante au « bud » en cinq étapes

 

Étape 1 : La croissance

Des pousses provenant de plantes-mères sont plantées dans une première salle, où elles sont exposées à 18 heures par jour de lumière pour encourager leur croissance verticale. Durant cette étape, qui dure au minimum deux semaines, les plantes grandissent presque à vue d’œil, soit environ 23 cm par semaine.

Étape 2 : La floraison

Lorsque la plante atteint une certaine hauteur, elle est transférée dans une deuxième salle, où on réduit l’exposition à la lumière à 12 heures par jour. Croyant que l’hiver arrive, la plante va mettre l’accent sur la croissance de ses fleurs en vue de la pollinisation. Les fleurs sont le produit utilisé dans un joint.

Étape 3 : La cueillette

Après sept à huit semaines de floraison, les fleurs sont coupées des plantes. Des employés enlèvent les fleurs des branches, initialement à la main et ensuite avec l’aide d’une machine spécialisée pour les plus petites branches.

Étape 4 : Le séchage

Pour enlever une partie de l’humidité des fleurs, celles-ci sont ensuite placées sur des étagères dans une salle spéciale. Cette étape peut prendre quelques semaines, car plusieurs composantes du cannabis sont très volatiles et peuvent disparaître si le séchage se fait trop rapidement.

Étape 5 : Affinage et irradiation

Afin de préserver autant l’odeur, les arômes et la quantité désirée de THC et/ou de CBD (les ingrédients actifs du cannabis), les fleurs séchées sont ensuite affinées pendant environ huit jours. Lorsque cette étape est terminée, le cannabis est irradié pour le stériliser avant de partir pour le magasin.

 

Les serres d’Hexo en chiffres

  • Superficie : 310 000 p2
  • 245 employés (on vise 500 d’ici la fin de l’année)
  • Capacité annuelle de production : 25 000 kg de cannabis séché
  • 432 : Nombre de points de vérification pour l’assurance qualité
  • Temps entre la plantation et la récolte : jusqu’à 15 semaines

 


Les Québécois fument moins

Les Québécois sont les moins friands de cannabis que les citoyens des autres provinces du pays, selon les données de Statistique Canada. À peine 10 % des Québécois de plus de 15 ans ont déclaré en avoir consommé dans les trois derniers mois, selon des données publiées hier. Au pays, la moyenne est de 15 %.


Pas de nouveaux magasins de pot

Le déploiement des succursales de la Société québécoise de cannabis (SQDC) est ralenti en raison de l’élection du gouvernement caquiste ayant promis de modifier la loi adoptée par les libéraux. L’ouverture d’au moins huit succursales prévues d’ici la fin de l’année se trouve ainsi reportée à une date indéterminée.


Syndiquer les employés du pot

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) lance une campagne pour syndiquer les employés de la Société québécoise du cannabis. Les salaires et les conditions de travail offerts ne sont pas ce qu’ils méritent, fait-il valoir. La CSN est aussi intéressée à les syndiquer.


Combattre les insectes avec... des insectes

Ayant des serres avec toits ouvrants pour optimiser l’utilisation de la lumière du soleil, les plantes de cannabis sont aussi exposées aux insectes parfois destructeurs. Ne voulant pas utiliser de pesticides, l’entreprise s’est tournée vers d’autres insectes « prédateurs » pour protéger ses plantes. Il n’est donc pas rare de voir coccinelles, mites et mêmes certains types de guêpes bourdonner autour des serres.


Faire peur aux oiseaux

Afin d’éviter que des oiseaux s’installent dans les serres, la direction d’Hexo a opté pour une solution qui peut faire sursauter. Plusieurs fois par heure, un enregistrement d’oiseaux en détresse ou mourants joue à travers les serres dans l’espoir que les vrais animaux aient trop peur pour s’y installer.