/misc
Navigation

De retour dans les séries éliminatoires

Les Élans ont le dessus 36-17 sur les Titans

Émile Malenfant et ses coéquipiers des Élans ont non seulement assuré leur place en séries, samedi, mais ils ont toujours la possibilité de jouer un match d’après-saison à la maison.
Photo Didier Debusschère Émile Malenfant et ses coéquipiers des Élans ont non seulement assuré leur place en séries, samedi, mais ils ont toujours la possibilité de jouer un match d’après-saison à la maison.

Coup d'oeil sur cet article

Les Élans de Garneau seront de retour dans les séries éliminatoires.

Les Élans ont disposé des Titans de Limoilou, samedi après-midi, par la marque de 36-17, pour signer une quatrième victoire cette saison en sept parties avec seulement deux rencontres au calendrier régulier. De leur côté, les Titans présentent une fiche de 1-6 et ils devront obtenir un coup de main pour se glisser dans la danse d’après-saison.

« Ça fait du bien de retourner dans les séries, a reconnu l’entraîneur-chef Claude Juneau, dont la troupe a été écartée des séries au cours des deux dernières saisons. Nous sommes bien sortis et les gars étaient alertes. Nous avons connu de bonnes séquences offensives et la défensive a été solide. »

« Nous sommes encore à la recherche d’un match parfait au cours duquel on jouerait pendant 60 minutes. J’ai hâte de dire que nous avons joué quatre quarts. Nous sommes rendus là. Nous avons laissé beaucoup de points sur le terrain. Notre victoire d’aujourd’hui [hier] nous place dans une position où il devient possible d’accueillir un match des séries à la maison. Nous sommes en position pour vivre ça. »

Damnés revirements

Dave Parent donnait crédit à ses adversaires, mais il déplorait que les Titans aient encore accordé des points par le biais de revirements. « Garneau a connu un bon départ et été opportuniste, a souligné le pilote des Titans. Avec un retard de 14-0, on se retrouvait à leur ligne de 20 et on a été victimes d’une interception. Garneau a ajouté un touché. On s’est brûlés en connaissant un aussi mauvais premier quart. »

« Nous sommes encore en vie, mais on doit aller battre Saint-Jean-sur-le-Richelieu chez eux la semaine prochaine, d’ajouter Parent. On a besoin d’aide, mais on doit commencer par s’aider en gagnant nos deux dernières parties. Nos jeunes font bien. Les gars de dernière année doivent tirer l’équipe et ils ne le font pas. »

Défaite crève-cœur

En avance 27-21 avec 40 secondes à égrainer au cadran après avoir marqué un touché, le campus Notre-Dame-de-Foy a vu le ciel s’écrouler sur sa tête. Partis de leur ligne de 35, les Phénix d’André-Grasset ont traversé le terrain pour inscrire un touché sur le dernier jeu du match pour se sauver avec une victoire de 28-27. Une passe de 40 verges de Jonathan Sénécal à Kevin Mitale a fait basculer la rencontre.

« C’est une défaite très crève-cœur, a résumé l’entraîneur-chef Marc-André Dion. Tout le monde dans le stade savait que le ballon irait à Mitale et il a capté le ballon par-dessus la tête de notre demi défensif. On a manqué de gaz à la fin. On contrôle encore notre destinée, mais on doit gagner nos deux dernières parties. »