/news/cannabis
Navigation

La CAQ aiderait le marché noir en haussant l’âge pour consommer du cannabis

Justin Trudeau reconnaît que la décision revient au nouveau gouvernement québécois

Le premier ministre Justin Trudeau a conclu sa visite en Arménie en rencontrant son homologue Nicol Pachinian.
Photo Journal de Québec, Alexandre Robillard Le premier ministre Justin Trudeau a conclu sa visite en Arménie en rencontrant son homologue Nicol Pachinian.

Coup d'oeil sur cet article

EREVAN, Arménie | En haussant l’âge légal pour consommer de la marijuana, le Québec contribuerait à la prospérité du marché noir, a soutenu le premier ministre Justin Trudeau.

La consommation de cette drogue deviendra légale le 17 octobre après l’adoption d’une loi par le gouvernement fédéral.

La Coalition avenir Québec a toutefois promis en campagne électorale de fixer à 21 ans l’âge légal pour consommer de la marijuana.

M. Trudeau a affirmé que la décision de permettre aux jeunes de 18 ans d’en consommer avait été prise pour les soustraire au marché noir.

«Si l’âge est fixé à 21 ans, c’est très possible que le marché noir occupe cet espace-là», a-t-il dit.

Selon le premier ministre, l’intention de la CAQ, qui a été élue le 1er octobre au Québec, nuirait à cet objectif.

«Ça vient un petit peu enfreindre notre capacité (sic) de justement contrer le crime organisé», a-t-il dit.

Conversation

M. Trudeau a constaté qu’il faudra encore un peu de temps avant que la CAQ concrétise son engagement.

«La CAQ n’a même pas encore établi un Conseil des ministres, ils ont beaucoup de décisions à prendre», a-t-il constaté.

D’ici là, il croit qu’il est possible de discuter de la chose avec le gouvernement du premier ministre désigné, François Legault.

«Nous allons partager notre perspective là-dessus et ils feront leur choix. On aura la conversation nécessaire en temps et lieu.»

Échanges

Au lendemain du sommet de la francophonie, M. Trudeau a conclu son déplacement par une journée de visite officielle en Arménie.

Le premier ministre Justin Trudeau a conclu sa visite en Arménie en rencontrant son homologue Nicol Pachinian.
Photo Journal de Québec, Alexandre Robillard

Après avoir rendu hommage aux victimes du génocide arménien, il s’est entretenu avec son homologue, Nicol Pachinian.

Dans une conférence de presse qui a suivi, M. Pachinian a souligné que M. Trudeau était le premier chef du gouvernement canadien à effectuer une visite officielle en sol arménien.

Ils ont convenu d’intensifier leurs échanges. M. Trudeau a notamment annoncé son intention de faciliter le transport aérien entre les deux pays, grâce à la ratification d’un accord.

Selon le premier ministre canadien, l’Arménie offre un potentiel intéressant d’investissement dans les secteurs des ressources naturelles et des infrastructures.

Questionné sur la possibilité d’ouvrir une ambassade dans le pays, M. Trudeau a expliqué qu’il faudra d’abord que les échanges s’intensifient entre les deux pays.