/finance
Navigation

La Chine dit tenir au libre-échange, notamment avec le Canada

Justin Trudeau et Xi Jinping lors du sommet du G20 à Hangzhou, en 2016.
AFP Justin Trudeau et Xi Jinping lors du sommet du G20 à Hangzhou, en 2016.

Coup d'oeil sur cet article

La Chine tient toujours à conclure une entente de libre-échange avec le Canada, alors qu’une clause du nouveau traité entre les États-Unis, le Mexique et le Canada laisse planer des doutes à ce sujet.

Il est en effet écrit dans le nouvel accord nord-américain qu’une partie doit informer les autres de son intention d’entamer des négociations de libre-échange avec un pays n’ayant pas d’économie de marché. En cas d’opposition, l’accord nord-américain pourrait être suspendu et remplacé par un accord bilatéral.

Sans être nommée expressément, la Chine semble être visée dans cette clause. Certains observateurs y voient une tentative de Washington d’empêcher Ottawa de conclure un traité de libre-échange avec Pékin sans son aval.

La Chine a d’ailleurs déjà fait part de sa frustration par la voix de son ambassade au Canada en déplorant «les actions hégémoniques prises par un pays qui interfèrent de manière flagrante avec la souveraineté d’un autre pays».

Mercredi, selon ce qu’a rapporté l’agence de presse chinoise Xinhua, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, s’est entretenu au téléphone avec son homologue canadienne, Chrystia Freeland, pour discuter du commerce mondial et du partenariat bilatéral entre les deux pays.

Selon Xinhua, Mme Freeland a parlé sommairement de l’Accord États-Unis–Mexique-Canada (AEUMC) avec M. Wang, soulignant que tout accord de libre-échange devait être ouvert, inclusif et que l’AEUMC ne devait pas porter atteinte aux droits et intérêts des autres pays.

Toujours selon l’agence de presse chinoise, Chrystia Freeland aurait dit à son homologue que le Canada fera progresser les négociations d’accords de libre-échange avec d’autres pays en fonction de ses propres décisions.

«Le Canada est prêt à se joindre à d’autres pays, dont la Chine, pour maintenir fermement son système commercial multilatéral fondé sur des règles et s’opposer au protectionnisme commercial, a-t-elle déclaré», peut-on lire sur le site internet de Xinhua.

«M. Wang a indiqué que la Chine avait toujours tenu fermement au libre-échange. [...] Il a invité le Canada à se joindre à la Chine pour protéger le système de libre-échange mondial et promouvoir la création d’une zone de libre-échange entre la Chine et le Canada», a écrit Xinhua.

Ottawa et Pékin ont commencé à discuter de libre-échange ces dernières années, mais les discussions sont au point mort depuis l’an dernier. Outre Mme Freeland, le ministre des Finances, Bill Morneau, ainsi que le premier ministre Justin Trudeau ont récemment réitéré l’intérêt du Canada à développer le commerce avec la Chine.