/sports/hockey
Navigation

Occasion en or bousillée

L’Océanic battu 3-2 par les Screaming Eagles, qui jouaient un 4e match en 5 jours

Kevin Mandolese a mérité la première étoile du match. Le gardien des Screaming Eagles du Cap-Breton a bloqué 41 rondelles dirigées par les joueurs de l’Océanic.
Photo courtoise, Iften Redjah, Folio Photo Kevin Mandolese a mérité la première étoile du match. Le gardien des Screaming Eagles du Cap-Breton a bloqué 41 rondelles dirigées par les joueurs de l’Océanic.

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI | Logiquement, les Screaming Eagles du Cap-Breton ne disposaient pas de l’énergie nécessaire pour se battre à armes égales avec l’Océanic de Rimouski. Or, la troupe de Marc-André Dumont a causé toute une commotion, samedi après-midi, dans le Colisée Financière Sun Life.

Dominants en troisième période, même s’ils disputaient un quatrième match en cinq jours, dont trois dans les 48 dernières heures, les Eagles ont comblé un recul de deux buts pour finalement l’emporter 3-2 sur l’Océanic.

Mitchell Balmas a entamé cette remontée en marquant avec une minute à jouer au deuxième engagement. Beaucoup plus affamés, les représentants de la Nouvelle-Écosse ont littéralement dominé par la suite en accentuant la pression sur le gardien Colten Ellis.

Gabriel Proulx a d’abord créé l’égalité avant que Mathias Laferrière ne réussisse le filet victorieux, chaque fois sur des revirements causés par la défensive de l’Océanic, toujours privée des services de Radim Salda.

Le reste de la rencontre a été l’affaire de Kevin Mandolese. Le portier de 18 ans méritait pleinement la première étoile avec ses 41 arrêts.

De grossières erreurs

« J’ai beaucoup aimé notre premier vingt, on était partout sur la glace », a expliqué le directeur-gérant et entraîneur-chef de l’Océanic, Serge Beausoleil. « On a commencé à travailler individuellement, d’une façon qui n’était pas adéquate. Il y a eu de grossières erreurs sur les deux derniers buts [des Screaming Eagles]. Mandolese a été très bon. Elle fait mal celle-là, parce que je n’ai pas aimé la façon dont on a réagi devant l’adversité. Cap-Breton complétait un voyage éreintant ».

Les Rimouskois semblaient pourtant en parfait contrôle jusqu’au but inscrit par Balmas. Carson MacKinnon avait procuré les devants à l’Océanic en début de match sur un retour de lancer.

Jordan Lepage a doublé l’avance de son équipe en deuxième période en redirigeant une passe de Zachary Massicotte derrière Kevin Mandolese.

L’état-major de l’Océanic dispose de peu de temps pour remettre les pendules à l’heure. Le puissant Drakkar de Baie-Comeau s’amène en ville dimanche après-midi.