/sports/others
Navigation

Premier marathon avec son fils: Un père fébrile

Le marathonien Alain Beaulieu se disait impatient de courir un 42,2 km en compagnie de son fils pour la première fois à la veille de celui de Québec.
Photo Roby St-Gelais Le marathonien Alain Beaulieu se disait impatient de courir un 42,2 km en compagnie de son fils pour la première fois à la veille de celui de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

À l’instar de la famille Fortin-Dupuis, la course à pied occupe une grande place dans le quotidien des Beaulieu de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Le père Alain Beaulieu en sera à sa 14e participation au Marathon de la région de Québec, mais celle-ci revêtira un cachet unique puisqu’il sera accompagné de son fils Sébastien pour la première fois.

«Sébastien m’a souvent vu franchir le fil d’arrivée ici et ça l’a amené à commencer à faire des 10 km puis des 21 km. Je ne l’ai pas forcé et je lui ai bien dit qu’il fallait qu’il s’entraîne parce que ce sera un défi pour lui. Avant, je courais pour des temps, mais maintenant, c’est pour le plaisir», souligne l’homme de 49 ans qui a déjà pris part au prestigieux marathon de Boston.

M. Beaulieu ne cachait pas sa fébrilité à quelques heures du départ avec son fils de 19 ans seulement.

«Ça va être vraiment spécial. Pour lui, il va vouloir se prouver qu’il est capable de le faire. J’ai toujours aimé courir avec mon fils», révèle-t-il. Même le petit frère de 6 ans sera bientôt initié aux plaisirs de ce sport!

Comment vivront-ils la course de bout en bout? «On va courir ensemble au feeling.»

Couleurs automnales

Le nouveau parcours qui se concentre entièrement dans les rues de Québec réjouit cet habitué de ces rendez-vous. Par le passé, l’événement partait à Lévis pour se conclure à Québec et se tenait vers la fin du mois d’août.

«J’ai toujours trouvé que le marathon de Québec était l’un des mieux organisés. Il y a une belle atmosphère et je crois que ça devenait nécessaire que ce soit à Québec. Avec les couleurs [de l’automne], ça va être le fun. Et c’est mieux le froid que le chaud!»