/news/green
Navigation

Une autre maladie pourrait menacer le cerf sauvage

Après la maladie du cerf fou, la tuberculose bovine pourrait débarquer au Québec

0417-évasions
Photo d’archives Les autorités américaines ont émis un avertissement au sujet de la tuberculose bovine, une maladie qui peut toucher les cerfs. Le Québec n’est pas à l’abri de cette nouvelle menace, selon l’Alliance for Public Wildlife.

Coup d'oeil sur cet article

Une autre maladie transmissible aux humains menace le cerf sauvage chez nos voisins du Sud, et le Canada n’est pas à l’abri.

Le département des ressources naturelles de l’État du Michigan a émis un avertissement auprès des chasseurs de garder l’œil ouvert au sujet de la tuberculose bovine, une infection des ganglions lymphatiques qui se propage ensuite à d’autres organes tels les poumons. Elle peut toucher d’autres mammifères, comme les cerfs.

Les autorités ont fait cette recommandation après avoir confirmé début octobre qu’un troupeau de bovins avait été infecté par cette maladie dans le comté d’Alcona, au Michigan.

Les responsables de la faune au Michigan travaillent déjà à éradiquer la maladie chez les cerfs de Virginie dans le nord-est de la péninsule. Les chasseurs doivent surveiller s’il y a des lésions dans les ganglions lymphatiques, les poumons ou sur le reste du corps lors du dépeçage de la bête.

En plus de cette menace potentielle, Le Journal rapportait récemment qu’un premier cas de la maladie débilitante chronique (MDC) du cervidé a été découvert dans un élevage dans la province, menaçant de répandre la maladie aux animaux sauvages.

Captivité

« Nous devons absolument nous inquiéter de la tuberculose bovine, même si les projecteurs sont mis présentement sur la MDC. La propagation de ces pathogènes vient toute du même problème. On ne le réglera pas si on n’attaque pas la cause qui est de mettre des animaux sauvages en captivité », soutient Darrel Rowledge, directeur de l’Alliance for Public Wildlife, un organisme qui assure la conservation de la vie sauvage.

« Les animaux que nous avons domestiqués depuis 10 000 ans sont beaucoup plus efficaces pour produire de la viande rouge, pour beaucoup moins cher et ne sont pas un danger pour la vie sauvage », insiste-t-il, lors d’un entretien avec Le Journal.

La tuberculose bovine est une maladie contagieuse causée par la bactérie Mycobacterium bovis qui affecte surtout les bovins, mais peut se transmettre à d’autres mammifères en élevage ou à l’état sauvage.

Cette infection est transmissible de l’animal à l’humain, le plus souvent lors de l’ingestion de produits laitiers non pasteurisés venant d’animaux infectés, mais aussi par l’inhalation de particules infectieuses ou par contact direct avec des déchirures de la peau, selon l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).

En Alberta

Les personnes qui sont en contact avec des bovins, des bisons, des cervidés ou avec des produits de ces animaux comme les peaux, le lait ou la viande sont plus à risque.

La tuberculose bovine avait causé beaucoup de dégâts dans les années 1990 au Canada tandis qu’elle avait infecté un élevage de wapitis en Alberta. Des personnes avaient ainsi été touchées par la maladie.

Le dernier cas d’élevage infecté au pays remonte à 2016, selon l’ACIA. Six vaches avaient été identifiées avec la maladie en Alberta.

La tuberculose bovine serait cependant toujours présente dans la population sauvage notamment chez les bisons, indique M. Rowledge.