/entertainment/music
Navigation

[PHOTOS] Justin Timberlake au Centre Vidéotron: première rencontre électrisante

La superstar épate ses fans de Québec et fait lever le party

[PHOTOS] Justin Timberlake au Centre Vidéotron: première rencontre électrisante
Photo Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

Quand Justin Timberlake se pointe le nez sur une scène, on sait qu’il y aura un party et celui qu’il a proposé lors de sa toute première performance en carrière à Québec, samedi, a réussi à plonger le Centre Vidéotron dans une intense fièvre du samedi soir.

Pas de doute, les gens de Québec avaient hâte d’enfin voir celui qui a enflammé les palmarès depuis presque deux décennies.

[PHOTOS] Justin Timberlake au Centre Vidéotron: première rencontre électrisante
Photo Didier Debusschère

Ils lui ont fait savoir de la plus belle manière quand, après une heure de musique rondement menée, ils l’ont applaudi à tout rompre après une jolie version de son hit R&B Mirrors, que la vedette a terminée à genoux en saluant son public.

«Vous êtes vraiment venus faire le party ce soir», leur a-t-il lancé avant d’enfiler un shooter, gracieuseté du bar installé au centre du parterre, avec ses danseurs et choristes de ses fidèles Tennessee Kids.

[PHOTOS] Justin Timberlake au Centre Vidéotron: première rencontre électrisante
Photo Didier Debusschère

À la vitesse de l’éclair

Entrée sur scène spectaculaire, rayons lasers, ouverture sur Filthy et la funky Midnight Summer Jam, chorégraphies synchronisées à la milliseconde près: Justin Timberlake avait mis ses fans dans le coup en un rien de temps à son arrivée sur les planches.

[PHOTOS] Justin Timberlake au Centre Vidéotron: première rencontre électrisante
Photo Didier Debusschère

La première partie du concert a filé à la vitesse de l’éclair. Mettant à profit une scène principale ouverte sur les quatre cotés reliée en serpentin à deux scènes satellites bordées d’arbres artificiels pour respecter la thématique de la tournée Man of the Woods, Timberlake a exhibé ses talents de danseurs d’un bout à l’autre du Centre Vidéotron en déballant certains de ses principaux hits, de l’électrisante SexyBack au percutant doublé formé de My Love et Cry Me a River.

[PHOTOS] Justin Timberlake au Centre Vidéotron: première rencontre électrisante
Photo Didier Debusschère

À tout bout de champ, des toiles translucides tombées du plafond diffusaient des images du concert, ce qui nous a permis d’apprécier en version presque IMAX les regards coquins que Justin lançait à la foule.

Le test des nouveautés

TImberlake arrivait chez nous avec un spectacle qui avait reçu des critiques mitigées en raison de la présence importante de pièces de son récent Man of the Woods, un album qui en avait déçu plus d’un.

[PHOTOS] Justin Timberlake au Centre Vidéotron: première rencontre électrisante
Photo Didier Debusschère

Or, même si quelques nouveautés manquent effectivement de tonus (la mièvre Montana) ou s’inséraient mal à travers ses hits – on pense notamment à la pièce titre et ses accents gospel –, rien n’est venu ternir la fête. Le single Say Something, de loin le meilleur titre de l’album, a d’ailleurs reçu un accueil triomphal et une interprétation vibrante de Timberlake.

[PHOTOS] Justin Timberlake au Centre Vidéotron: première rencontre électrisante
Photo Didier Debusschère

Même l’incongru segment où le chanteur et ses choristes, assis au tour d’un véritable feu de camp, se sont attaqués à des reprises de Fleetwood Mac, Lauryn Hill, des Beatles et John Denver après un trop long intermède pour placer tout le monde, a rempli ses promesses.

[PHOTOS] Justin Timberlake au Centre Vidéotron: première rencontre électrisante
Photo Didier Debusschère

Ce fut donc ensuite presque un bonus quand Justin a sauté sur une piste de danse au milieu de ses fans pour la bombe Rock Your Body puis qu’il a balancé la désormais incontournable et rassembleuse Can’t Stop The Feeling avant de dire au revoir. Et, espérons-le, à la prochaine!

[PHOTOS] Justin Timberlake au Centre Vidéotron: première rencontre électrisante
Photo Didier Debusschère

Yates: dans la lignée de MJ

Francesco Yates a sûrement dû passer des heures à regarder des vidéos de Michael Jackson, Bruno Mars ou même James Brown. Nouveau produit issu l’usine à chanteurs pop de Toronto, le blond bouclé de 23 ans a montré avec une présence scénique remarquable, entre deux prestations euphorisantes du DJ Freestyle Steve en début de soirée, un lien de parenté indéniable avec les grands noms de la pop/soul, à qui il emprunte plusieurs pas de danse.

Pour le moment, son arsenal se compose essentiellement de quelques mélodies accrocheuses et une couple de reprises. Pourra-t-il ajouter de la substance à cet emballage attrayant? Le temps nous le dira.