/weekend
Navigation

Un manuel qui sort des sentiers battus

Manuel de survie à l’usage des jeunes filles, Mick Kitson, Aux Éditions Métailié, 
256 pages
Photo courtoisie Manuel de survie à l’usage des jeunes filles, Mick Kitson, Aux Éditions Métailié, 256 pages

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’il y a en ce moment plein de romans en lice pour plein de prix littéraires, on n’a pu résister à la tentation de dévorer ce passionnant manuel.

D’emblée, on avoue avoir été très agréablement surpris par ce livre, dont le titre pourrait pourtant facilement s’appliquer à un énième roman de chick lit... alors que c’est loin d’être le cas ! Car aussi étonnant que cela puisse paraître, on va réellement suivre l’histoire de deux jeunes filles ayant délibérément choisi d’aller vivre au milieu des bois, dans une forêt reculée des Highlands où même Daniel Boone aurait eu du mal à assurer sa subsistance.

Sal et Peppa Brown, deux sœurs au tempérament bien trempé respectivement âgées de 13 et 10 ans, n’ont en effet rien trouvé de mieux afin d’échapper à l’enfer de leur domicile familial marqué par la drogue, l’alcool et la violence, le conjoint de leur mère toxico ne s’étant jamais gêné pour violer Sal quand bon lui semblait, tout en menaçant de s’en prendre également sous peu à Peppa...

Avant que le pire n’arrive

Dotée d’une intelligence et d’un esprit pratique exceptionnels, Sal a donc passé des semaines à préparer leur fuite en potassant plusieurs manuels de survie et en visionnant sur YouTube quantité de tutoriels expliquant comment pêcher, allumer un feu, fabriquer un abri, capturer des lapins avec un piège à collet, soigner les blessures ou reconnaître rapidement les signes d’hypothermie, les hivers écossais étant presque aussi rigoureux que les nôtres.

Reste à savoir si elles vont s’en tirer et, pour le découvrir, il n’y a que deux choses à faire : entamer la lecture de ce brillant premier roman et se laisser entraîner par la prose souvent particulièrement touchante de l’auteur, qui a été tour à tour le fondateur du groupe rock The Senators, journaliste et prof d’anglais.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Une vie de pierres chaudes

Aurélie Razimbaud, aux Éditions Albin Michel, 240 pages
Photo courtoisie
Aurélie Razimbaud, aux Éditions Albin Michel, 240 pages

 

C’est pendant l’été 1964, à Alger, que Rose rencontrera Louis. Tout de suite le grand amour et très vite le mariage et la naissance d’une petite fille. Mais ayant fait la guerre d’Algérie, Louis semble traîner avec lui quelques grosses casseroles, et après quelques mois seulement, leur belle histoire d’amour ne sera déjà plus tout à fait la même. Un premier roman qui vaut vraiment le détour.

La disparition de Josef Mengele

Olivier Guez, aux Éditions Le livre de poche, 256 pages
Photo courtoisie
Olivier Guez, aux Éditions Le livre de poche, 256 pages

 

L’an dernier, cette bio romancée a fait partie de nos gros coups de cœur, même si elle est loin d’être facile à lire. Revenant sur le passé de Josef Mengele, elle nous permet en effet de découvrir comment cet ancien tortionnaire SS, qui adorait pratiquer toutes sortes d’expériences sur les prisonniers d’Auschwitz, a pu vivre aussi longtemps sans même se soucier d’être arrêté un jour. Un livre bouleversant qui a reçu le prix Renaudot.

Le meilleur du patrimoine mondial

Collectif, aux Éditions Ulysse, 256 pages
Photo courtoisie
Collectif, aux Éditions Ulysse, 256 pages

 

Les îles Galápagos, l’Acropole d’Athènes, le vieux Lunenburg, Strasbourg, Ayer’s Rock, les lignes de Nasca, les canaux d’Amsterdam, le parc national de Göreme, le château de Schönbrunn, la ville sacrée de Kandy... En faisant le tour de 150 sites, centres historiques et chefs-d’œuvre architecturaux inscrits sur la liste du patrimoine mondial, ce guide est une véritable source d’émerveillement qui saura sûrement vous inspirer quantité de voyages.

Chefs à la carte

Thierry Marx et Bernard Thomasson, aux Éditions du Seuil, 352 pages
Photo courtoisie
Thierry Marx et Bernard Thomasson, aux Éditions du Seuil, 352 pages

 

Les parcours de 30 très grands chefs français sont ici proposés au menu. Une lecture franchement savoureuse, puisqu’elle nous permet entre autres d’en savoir plus sur Antoine Beauvilliers, qui a ouvert le tout premier restaurant du Palais-Royal, Antonin Carême, qui a inventé la toque, Auguste Escoffier, qui a modernisé la cuisine, ou Fernand Point, qui a fait partie des premiers triples étoilés. De quoi se régaler !

Frissons garantis

Moi, témoin, Niki Mackay, Aux Éditions Marabout, 368 pages
Photo courtoisie
Moi, témoin, Niki Mackay, Aux Éditions Marabout, 368 pages

 

Moi, témoin

On dit souvent que l’alcool et les drogues ne font pas bon ménage. Kate Reynolds est de fait très bien placée pour le confirmer, puisqu’à l’âge de 18 ans, sous l’emprise de ce dangereux cocktail, elle a ainsi été accusée du meurtre de sa meilleure amie, qui gisait dans ses bras, couverte de sang. Et incapable de se rappeler quoi que ce soit, elle a elle-même fini par plaider coupable.

Revirement de situation

Pendant les six ans où elle est restée enfermée en prison, Kate a cependant amplement eu le temps de réfléchir. Et une fois libérée, elle décidera de prouver son innocence en faisant appel à la détective privée Madison Attallee. Un choix assez curieux, parce qu’au moment où elle a été arrêtée et condamnée, Madison faisait partie des flics qui étaient persuadés de sa culpabilité. Encore plus curieux, Madison acceptera de la prendre pour cliente et de reprendre l’enquête depuis le début, sans se douter qu’elle ouvrira ainsi très vite une véritable boîte de Pandore.

Avec ce tout premier thriller psychologique, l’auteure s’en est plutôt bien tirée, même si le style laisse parfois à désirer et que les grands lecteurs de polars risquent de deviner avant la fin l’identité du ou de la véritable coupable...