/news/politics
Navigation

[AUDIO] La nouvelle députée libérale Marwah Rizqy exprime sans filtre sa vision d'avenir du Parti libéral

Coup d'oeil sur cet article

La nouvelle députée libérale de Saint-Laurent, Marwah Rizqy, n’a pas la langue dans sa poche. Elle l’a démontré une fois de plus, mardi, au micro de Benoît Dutrizac alors qu’elle s’est exprimée sur sa vision du Parti libéral du Québec (PLQ).

La femme de 33 ans a d’abord eu l’occasion de revenir sur la défaite de son parti qui, selon elle, doit «vraiment se ressourcer».

«On doit retourner vraiment sur le terrain pour entendre les enjeux des Québécois, mais après ça revenir avec des projets vraiment porteurs d’avenir et emballants pour tout le monde», a-t-elle mentionné lors de son entrevue à QUB radio.

«Les gens s’attendent à ce que nous, le Parti libéral (soyons) un parti d’idée, un parti de progrès. [...] Ils veulent qu’(on ait) des gros projets et non pas juste une deuxième carte d’assurance maladie», estime-t-elle.

À cet effet, la députée de 33 ans croit que le PLQ devrait prendre un «virage vert» et devenir le champion de «l’économie verte».

«Les gens nous connaissent (comme étant) le parti de l’économie, mais moi, sur le terrain lors de la dernière élection, ma génération, les millénaux [...] me disait: “Moi, Marwah, le Parti libéral de l’économie, ce qu’on veut c’est l’économie verte”», a-t-elle relaté.

La libérale estime que le gouvernement doit aussi en faire plus pour permettre aux PME québécoises de devenir les chefs de file du commerce numérique.

«Il faut vraiment au Québec qu’on se positionne pour être le numéro 1. [...] Les Frank and Oak du Québec, on est capables d’en faire encore plus!», croit-elle.  

Alexandre Taillefer

N’ayant pas peur de dire ce qu’elle pense, la nouvelle députée de Saint-Laurent a aussi exprimé son désaccord avec certaines positions du président de la campagne électorale libérale, Alexandre Taillefer.

Photo Joel Lemay

«Moi, la liberté d’expression je suis pour à 99.9%. Ceci étant dit, oui, il a été président de notre campagne et là maintenant, il s’exprime. Il a beaucoup d’opinions, mais évidemment, je ne partage pas toutes ses opinions à lui. [...] Il a ouvert la porte sans parler avec nous par rapport aux signes religieux et tout cela. Je pense qu’avant de dire l’élection on l’a perdue à cause de ça, faut d’abord faire l’introspection. Et ça, on ne l’a pas encore fait. C’est pour moi, très prématuré de faire ça aujourd’hui», a-t-elle soulevé.

Chefferie

Marwah Rizqy est aussi d’avis que le PLQ est mûr pour faire élire une femme à sa tête et n’écarte pas la possibilité de se porter candidate.

«On est rendues dans notre caucus 16 femmes et 13 hommes. Je ne vois pas pourquoi on n’aurait pas là-dedans des femmes de grande qualité qui sont en mesure un jour de faire la course à la chefferie et de la remporter», a-t-elle mentionné.

«Si Alexandre Taillefer devient chef du Parti vous faites quoi?», a questionné l’animateur Benoît Dutrizac.  

«(Rires) Vous savez que moi je réponds. J’aime ça répondre. Je vais lui laisser faire la course à la chefferie [...] Je crois que ça va être une course à la chefferie qui va être stimulante et je ne doute pas qu’il va y avoir beaucoup de candidats, selon moi. Si jamais Monsieur Taillefer (devient) chef, pour répondre à votre question, il va falloir qu’il y ait dans sa plateforme, plusieurs enjeux que je viens de soulever à votre micro», a-t-elle conclu.