/news/politics
Navigation

Carrefour Racine: la Ville de Saguenay poursuivie pour 4 millions $

Hôtel de ville Saguenay
Photo d'archives Roger Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY – L'homme d'affaires Paul Boivin, derrière le projet de rénovation du Carrefour Racine, a entamé une poursuite de 4 millions $ contre la Ville de Saguenay.

L'homme d'affaires accuse la Ville, et particulièrement la nouvelle administration de Josée Néron, de lui mettre des bâtons dans les roues pour bloquer son projet de rénovation du bâtiment, qui abrite entre autres un CLSC, sur la rue Racine, dans l'arrondissement de Chicoutimi.

Dans sa réclamation, Paul Boivin considère que l’administration Néron est de mauvaise foi et qu’elle s’est immiscée dans le financement de son projet, ce qui n’a fait que nuire, selon lui.

«[...] elle a elle-même fait preuve d'ingérence et de mauvaise foi et commis des fautes, rendant impossible la réalisation des conditions de l'Acte de vente», peut-on lire dans des documents judiciaires. «[...] la situation actuelle équivaut à un "gel" de l'immeuble [...] et a des conséquences financières désastreuses»

L’homme d’affaires réclame donc 3 millions $ pour perte de profits sur le projet et 1 million $ pour la perte de la valeur de sa propriété.

En mars dernier, la Ville s’est adressée au tribunal pour reprendre le contrôle de l’immeuble, sous prétexte que l’homme d’affaires, propriétaire depuis 2013, n’avait pas respecté ses engagements, dans les délais.
M. Boivin allègue dans sa poursuite que la Ville voulait reprendre le contrôle du bâtiment pour y déménager des écoles de musique et qu'elle n'aurait donc pas eu l'intention de le laisser mener à terme son projet de rénovation.

Autant Paul Boivin que la Ville de Saguenay n’ont voulu commenter le litige.

Dans une entrevue accordée à TVA Nouvelles le 17 avril dernier, le promoteur refusait cependant de baisser les bras. Il affirmait alors qu'il était prêt à lancer la construction de son projet, évalué à plus de 10 millions $.